🔝 Barclays: le patron suit sa relation avec Jeffrey Epstein – Meilleur Taux

By | février 13, 2020



















LONDRES (awp / afp) – Le patron de Barclays, Jes Staley, fait l'objet d'une enquête de la part des régulateurs britanniques dans ses relations avec l'opérateur financier Jeffrey Epstein, ce qui n'a pas empêché la banque de lui redonner confiance.

L'annonce met la pression sur le PDG de l'un des plus grands groupes financiers du monde et brouille les résultats 2019 de la banque, que l'Américain de 63 ans a remis sur les rails ces dernières années.

Selon un communiqué bancaire, les deux principaux régulateurs financiers britanniques, la FCA et la PRA, ont lancé une enquête sur la façon dont M. Staley a parlé à son groupe des relations commerciales antérieures avec Jeffrey Epstein, un mineur du commerce, qui s'est depuis suicidé en prison.

L'enquête a été ouverte à la demande initiale de la gendarmerie financière de la FCA, à laquelle le groupe a initialement répondu.

M. Staley a développé cette relation commerciale dans les années 2000 lorsqu'il dirigeait une succursale de banque privée de JPMorgan, dont l'un des clients était un opérateur financier américain.

Barclays a déclaré que le PDG a confirmé qu'il n'était plus en contact avec Jeffrey Epstein après sa prise de fonction en décembre 2015 en tant que chef de la banque britannique.

Dans un discours aux journalistes, M. Stanley s'est excusé pour un lien qui s'est poursuivi jusqu'à l'été ou l'automne 2015, lorsque Jeffrey Epstein a été condamné en 2008 pour avoir conduit à la prostitution de jeunes filles en Floride.

"De toute évidence, je pensais que je le connaissais bien, et ce n'était pas le cas. Certes, avec ce que nous savons maintenant, je suis vraiment désolé d'avoir des relations avec Jeffrey", a-t-il déclaré.

Le conseil d'administration de Barclays estime que M. Staley a considéré la nature et l'étendue de sa relation avec Jeffrey Epstein comme "suffisamment transparentes".

Teflon

Le régulateur maintiendra donc sa "pleine confiance" et soutiendra sa réélection à sa prochaine assemblée générale du 7 mai.

Ce n'est pas le premier cas de Jes Staley, qui a été contraint de payer des amendes en 2018 pour tenter d'identifier le requérant à la banque.

"Comme le Téflon: cela décrit la méthode pour décrire Jes Staley. D'autres peuvent être moins gentils", a déclaré Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

"Après l'amende de la dénonciatrice, le chat semble avoir épuisé sa vie. Je me demande si elle peut survivre", se demande-t-elle.

Pour David Madden, analyste de CMC Markets, cette affaire "n'aide pas sa réputation ou celle de Barclays", d'autant plus que M. Staley a augmenté sa rémunération annuelle à 5,9 millions de livres sterling par an. "Cette croissance généreuse n'est pas bonne", a-t-il déclaré.

Ces annonces concernant la relation de M. Staley avec Jeffrey Epstein ont mis les résultats annuels de la banque à distance, baissant de 2,50% à 174,85 pence à la Bourse de Londres vers 15 heures. GMT.

Les bénéfices augmentent

Le groupe a fait passer son bénéfice net de 54% à 2,46 milliards de livres sterling en 2019, grâce aux frais de contentieux en glissement annuel et aux bonnes performances de la banque d'investissement.

Malgré des provisions massives sur le scandale de l'assurance crédit PPI, les frais de contentieux ont baissé de quelques centaines de millions de livres par rapport à 2018.

M. Staley s'attend à ce que "les frais de justice soient considérablement réduits à partir de cette année", ce qui permettra au groupe de récompenser davantage les actionnaires.

Barclays n'a toujours pas dit s'il soutenait une résolution déposée par un groupe d'actionnaires lors de la prochaine assemblée générale, qui souhaite que la banque cesse de financer les énergies fossiles.

Cette résolution a reçu un fort soutien car la première société européenne de gestion d'actifs, Amundi de France, qui ne détient certainement qu'un très faible pourcentage du capital de Barlays, a déclaré à l'AFP qu'elle fonctionnait parfaitement. conformément à sa politique de vote à l'Assemblée générale.

Ses partisans, dont l'ONG ShareAction, disent que c'est la première fois qu'ils proposent un vote de résolution climatique pour une banque européenne.

AFP / ck

Bannière 728x90
🔝 Barclays: le patron suit sa relation avec Jeffrey Epstein – Meilleur Taux
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *