🆙 Stratégie 2020: AllianzGI s'attend à une croissance des actifs risqués – Comparatif de Taux

By | décembre 2, 2019



















gestion immobilière


Avec la détérioration de la situation macroéconomique et les faibles taux d’intérêt, AllianzGI s’attend à une année favorable pour le crédit et les actifs risqués en 2020.

" Nous sommes dans un environnement économique et financier incertain et complexe Ces mots peuvent être ça Franck Dixmier, Le directeur des obligations d’Allianz Global Investors a commencé à discuter des perspectives du marché et de la stratégie de placement pour 2020 lors d’une récente conférence de presse.

Et passez en revue cinq éléments clés du marché: Fatigue en fin de cycle – pour l'économie mondiale: – politique monétaire, la marge de manœuvre est réduite politiques fiscales, petite amélioration a risques politiques et commentaires de plus en plus ambitieux. En fait, il dit qu'il est trop tôt pour " faire court Le Bund.

Démographie en déclin et productivité moitié moins élevées

Franck Dixmier apporte le paradoxe: selon Bank of America-Merrill Lynch Gestion de fonds, l'optimisme économique de novembre connaissait le retour le plus important des 25 dernières années, alors qu'en réalité les données macroéconomiques mondiales dégradation supplémentaire. " 2020 Il dit les économies avancées vont évoluer en dessous de leur potentiel, lui-même en décélération structurelle, démographie en déclin et productivité en demi-colonne. Les États-Unis connaissent une croissance depuis dix ans et dans la zone euro depuis 79 mois. Cependant, le déclin de l’environnement des entreprises se pollue progressivement confiance des consommateurstandis que les perspectives pour les services se sont nettement dégradées. "

" La probabilité récession aux États-Unis. il analyse très faible à court terme, encore élevé à moyen terme. La différence entre les risques élevés à court et à moyen termes est frappante. Bien que le marché soit souvent incapable de prédire les mesures de la Réserve fédérale américaine, ni l'inflation ni le marché du travail ne justifieraient un assouplissement monétaire. "

En tout cas, il semble queÉlection présidentielle américaine, Jusqu'à la fin de 2020, cela ne changera pas le mangé qui fait tout soutient la croissance et qui répondrait donc à un éventuel ralentissement économique. Pour le moment, les marchés achètent un scénario visant à stabiliser l'activité et à réduire les risques politiques.

En supposant que faible probabilité de récession (moins de 10%), les actions américaines ont progressé de 8,3% par rapport à la même période de l’année dernière. Cependant, ils peuvent chuter de 13,6%, en supposant une probabilité de récession élevée (supérieure à 75%). Ne soyez pas dupe!

Vincent MarioniLe directeur d’AllianzGI Europe for Credit Investments note que Risque italien en arrière-plan et la probabilité est Brexin durement tombé. Il a également souligné que Le coût de financement est extrêmement bas pour les entreprises que les banques centrales soutiennent un les marchés des changes, qu'un volatilité sont toujours exposés à des pics manque de rendement classes d'appareils disponibles revenu fixe alimentant techniquement la demande (malgré l’offre en baisse et les achats de la BCE), mais Le taux de défaut devrait augmenter progressivement (supérieure à une moyenne à long terme, telle que 3,2% pour le haut rendement en Europe), compte tenu de la détérioration de la situation macroéconomique et des tensions commerciales persistantes (pesant sur les émetteurs les moins bien notés).

Services publics et banques, deux sujets d'actualité

Pour votre part Catherine GarriguesLe directeur de la stratégie sur les actions européennes souligne que le principal facteur d’appréciation des actions est la baisse des taux d’intérêt, le fait que le secteur ait été négocié récemment et les rendements en dividendes. Actions européennesqui est d’environ 3,65%, bien plus élevé que les obligations privées (0,68%) et les obligations d’État (-0,37%). La performance moyenne est de 4,66% services publics donne à l'industrie un transition énergétique, une véritable attraction, choisissant son taux de croissance (prévu autour de 10%).

Autres secteurs à suivre: banques, qui a une note très basse. " Résultats du deuxième trimestre 2019, dit le gérant, ils étaient généralement surpris par leur résistance. Les banques semblent l'avoir trouvé parer dans des rapports faibles à négatifs. Appliquer à l'occasion taux d'intérêt négatifs pour les clients. Les bénéfices ont également augmenté en raison de la baisse des provisions (diminution de 100 milliards d’EUR). Néanmoins, les résultats ne peuvent être comparés à ceux d’avant la crise: les banques ont aujourd'hui une deux fois plus de capital, la retour sur capital [rentabilité des capitaux propres] environ 7,5%. Néanmoins, le secteur rapporte environ 6% alors que la plupart des banques ont des ratios de paiement [taux de distribution] moins de 70%, ce qui donne aux investisseurs une opportunité un peu de confort ».

Selon Catherine Garrigues, la situation macroéconomique va se dégrader prudent « Et ' sélectif ", Malgré des évaluations raisonnables (dix fois prévues en Europe et 24 fois aux États-Unis). Cela nécessitera des portefeuilles équilibre Entre styles de conduite et noteESG, qui devient un facteur central « Et ' différentiateur ».

Thèmes d'investissement privilégiés, ainsi que des services communautaires[[[[services publics]et services bancaires: soins personnels, agroalimentaire, produits de luxe, immobilier, gestion des paiements, construction, télécommunications et assurances.

Michel Lemosof


Michel Lemosof



Bannière 728x90

🆙 Stratégie 2020: AllianzGI s'attend à une croissance des actifs risqués – Comparatif de Taux
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *