🆕 Loi Pinel Février 2019 – pourquoi les neuf prix bordelais ne vont-ils pas s'effondrer?

By | novembre 7, 2019



















Bien que les maisons neuves ne représentent qu'un tiers du marché immobilier, elles restent l'un des vecteurs les plus puissants du développement urbain. Arnaud Roussel-Prouvost, président de l'Association des promoteurs immobiliers de Nouvelle-Aquitaine (FPI), suit ce sujet sous le microscope. La bonne nouvelle pour le premier semestre de 2019 est que les ventes de logements neufs ont augmenté de + 9,3% par rapport à la même période en 2018.

"Les ventes nettes du premier semestre de 2018 sont passées de 2 089 à 2 274 au premier semestre de 2019, soit une augmentation de 9,3%." Cette évolution est positive car elle montre une volonté d'acheter les clients de Bordeaux Métropole. Les années 2016 et 2017 ont été exceptionnelles. mais 2019 continue de croître malgré les hausses de prix ", explique Arnaud Roussel-Prouvost.

Cette orientation positive du marché est également une surprise pour les promoteurs:

"La proportion d'investisseurs, qui a atteint 63% au deuxième trimestre de 2019, devrait augmenter de 9% en un an. C'est très positif car les investisseurs construisent de nouveaux logements locatifs. Profitez de l'occasion et soulignez que la loi Pinel Un appareil vertueux qui vous permet de louer des maisons pour 10,25 $ / m², cela semble un peu fou, mais oui, le T2 Bordeaux Métropole est un nouveau 45 m2 à louer pour 461,25 $ / mois, comparé aux anciens 550-800 $! il a balayé avec contrariété le président du FPI Nouvelle-Aquitaine.

Les ventes ont chuté au premier semestre 2019

Bordeaux Métropole a dépeint un marché immobilier sous l'influence d'une spéculation sans entraves. Toutefois, cette vague d'inflation n'a pas encore été minée par un mécanisme largement alimenté par l'ancien marché. Et un retour à une certaine stabilité ne semble pas demain car un ajustement à la baisse ne semble pas être à l'horizon. Parce que Bordeaux Métropole est victime d’une attraction qui ne s’efface pas. "Grâce au fort dynamisme des nouveaux investisseurs, ils continuent de parier sur Bordeaux Métropole. Les prix vont en effet baisser, mais pas baisser, car les aménagements proposés par Bordeaux et sa métropole sont d'un très haut niveau garantissant la stabilité de la valeur patrimoniale du bien sur ce marché."décode Arnaud Roussel-Prouvost." Bien que le chef régional du FPI souligne cette nuance, rappelant que, conformément à la loi Pinel et aux environs, "baisse de rentabilitéMais le dynamisme bordelais affirme que le port de la Lune est porté par l'ensemble de l'Atlantique, ce pays électrifié.

Ce tableau serait incomplet pour l’industrie sans le nuage sans son ombre. Et dans l’immobilier, Bordeaux, comme d’autres villes, a presque toujours la même origine en raison de la réticence des maires à construire une nouvelle maison à l’approche des élections municipales.

"La mauvaise nouvelle est que les ventes ont chuté au premier semestre 2019, en baisse de 52% par rapport à la même période de l'année dernière, avec 2 018 ventes au premier semestre 2019, contre 3 064 au premier semestre 2018. Pour être honnête. , Je dis que nous avons presque rattrapé le désastre des premier et deuxième trimestres de 2019. Les ventes ont chuté de 758 à 1260. Ce qui est encore très loin d'un "marché dynamique car une baisse des ventes prédit inévitablement une baisse des ventes" – met en garde le président du FPI Nouvelle-Aquitaine.

Construire 3000 euros, c'est possible quand le terrain tombe

Ce risque d'effondrement des ventes n'est pas encore évident, car le stock de maisons neuves du premier semestre de 2019 représente 9 et 10 mois de commercialisation. Ce qui est une bonne moyenne, du moins sur le papier.

"Ouais, d'accord, il y a eu des moments difficiles, mais si vous y regardez bien, cette quantité d'inventaire ne nous empêche pas de faire partie d'un marché qui n'est pas suffisamment renouvelé. Les permis de construire ont été déposés depuis le premier trimestre 2018. Cette baisse est due à: Les maires d’un certain nombre de communes hors de France métropolitaine, Bordeaux, ont refusé d’accepter de nouvelles constructions. En conséquence, la construction sera réduite en raison du manque de logements neufs, ce qui entraînera une hausse des prix car le nombre de personnes entrant dans la métropole ne faiblira pas. Arnaud Roussel-Prouvost ne voit qu'une solution durable au problème: centraliser les décisions au Bordeaux Métropole …

Si ce souhait semble utopique, il répond aux préoccupations répétées des promoteurs immobiliers. Les maires des communes métropolitaines (toujours à l'exception de Bordeaux) qui, selon ces professionnels, se débattent avec l'introduction de la construction de logements. Pour éviter une nouvelle hausse des prix, Arnaud Roussel-Prouvost appelle à une coordination appropriée entre les élus et les experts immobiliers en mai 2018. Alain Juppé, alors maire de Bordeaux, président de Bordeaux Métropole, et Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles, vice-président de Bordeaux Métropole, sont responsables de l'urbanisme et de la stratégie foncière.

"Nous défendons l'idée de modifier le plan d'urbanisme local dans les zones de construction diffuses de manière à supprimer 50% du logement gratuit et à le diviser afin que les prix contrôlés puissent être répartis entre le logement social et le logement abordable." Nous pouvons construire le compteur à 3000 euros par surface utile carrée, soit 20% de moins que le prix du marché. Cet objectif peut être atteint si les prix des terrains sont ajustés à la baisse ", prévient le promoteur.

/////////////////////////////////

Cet article est tiré de l’immense numéro du 27 septembre de La Tribune consacré à l’immobilier commercial. Déjà publié sur notre site web:

Bannière 728x90

🆕 Loi Pinel Février 2019 – pourquoi les neuf prix bordelais ne vont-ils pas s'effondrer?
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *