ℹ Valeur du jour à Paris – ATOS: Thierry Breton repart, mais l'activité trimestrielle rassure – Taux Minimum

By | octobre 24, 2019



















(AOF) – Atos (+8,46 – 68,98 €) est en tête de l'indice CAC 40 malgré l'annonce par Thierry Breton du PDG de ce prochain départ. Sans surprise, le nom de l'ancien ministre de l'Economie a circulé dans la presse pendant plusieurs jours pour devenir le nouveau membre français de l'exécutif européen à la suite du rejet de l'ancienne candidate, Sylvie Goulard. Les récentes actions du groupe informatique ont également été mises sous pression en raison de ces rumeurs et des craintes des investisseurs concernant les avertissements de profit.

En conséquence, Thierry Breton démissionne de ses fonctions de président et chef de la direction du groupe IT le 31 octobre 2019. Conformément au plan de succession d'Atos, le conseil d'administration le transmettra au président du conseil d'administration et au directeur général.

Elie Girard, directeur général, sera nommé à compter du 1er novembre 2019. Le directeur financier du groupe a été nommé en mars au poste de directeur général adjoint, qui est éventuellement devenu le successeur de Thierry Breton. À compter du 1er novembre 2019 et jusqu'à la confirmation de la nomination du commissaire européen, Thierry Breton deviendra président non exécutif. Il sera ensuite remplacé par Bertrand Meunier, associé directeur de CVC Capital Partners, en tant que président exécutif.

La publication des résultats du troisième trimestre d'Atos, annoncée plus tôt à cette occasion, a rassuré les investisseurs. Certains avaient peur des performances décevantes, même des avertissements. Ce n'était pas.

Le chiffre d’affaires s’élève à 2,77 milliards d’euros, soit une croissance organique de 1,8%. L’amélioration par rapport aux trimestres précédents (+ 4,4% au premier trimestre et + 1,1% au deuxième trimestre) s’explique principalement par le rendement attendu de la division Infrastructure et gestion des données (externalisation). Il a augmenté de 0,8% contre -1,8% au premier semestre.

Le Groupe a également réaffirmé ses objectifs pour 2019, qui augmenteront le chiffre d'affaires organique de 1% à 2% et la croissance du chiffre d'affaires d'env. Ils représentent une marge d’exploitation et un cash-flow libre de 10,5%. Entre 0,6 et 0,7 milliard d’euros.

AOF – PLUS D'INFORMATIONS

Les atouts de la valeur

– Huitième et deuxième plus grand fournisseur européen de services informatiques;

– Un portefeuille opérationnel de 12,26 milliards d’euros divisé en 4 divisions: 51% du chiffre d’affaires en infrastructure et gestion de données, 26% en solutions d’affaires et de plates-formes, 7% en big data et cybersécurité et 13% en paiement sécurisé chez Worldline filiale;

– Fortes positions aux États-Unis et en Allemagne (17% chacun), au Royaume-Uni, en Irlande et en France (13% chacun), au Benelux et en Scandinavie (moins de 8%);

– Vers le statut de «joueur propre» du secteur, Atos, la société mère de Worldline, cherche à distribuer 23,4% du capital de sa filiale aux actionnaires d'Atos.

– qualité de la gestion dans la gestion des acquisitions;

– bonne visibilité si la commande est supérieure au chiffre d'affaires annuel;

– Une situation financière saine conduisant à un programme de rachat d’actions de 2 milliards d’euros d’ici 2019 et à un dividende de 1,70 EUR d’ici à 2018.

Déficiences en valeur

– la sous-traitance continue des activités traditionnelles de sous-traitance et le manque d’avantage concurrentiel dans les activités de conseil et d’intégration de systèmes;

– Activités décevantes aux Etats-Unis et au Benelux;

– grandes différences entre les départements ou les zones géographiques;

– Méfiance à long terme des investisseurs à la suite de l’acquisition de 3,4 milliards d’actions par Syntel.

Suivre la valeur

– Plan stratégique préliminaire pour 2021: Objectifs financiers: croissance organique des revenus de + 3% à + 4% par an, taux de fonctionnement d’environ 13% vers 2021 et flux de trésorerie disponibles de 1,2 à 1, 3 MdsE en 2021 / Objectifs opérationnels: croissance numérique attendue de 40% d'ici 2019 contre 30% en 2018, mappage des clients vers un nuage hybride organisé, augmentation de la puissance des objets associés (objectif: 3% du chiffre d'affaires à l'horizon 2021) puis 10% en 2025), une augmentation de 60% du taux d’intérêt offshore dans les effectifs de la solution Business & Platform;

– les acquisitions prévues dans le domaine de la cybersécurité;

– objectif 2019: croissance organique du chiffre d'affaires de 2% à + 3%, progression de la marge opérationnelle de 11,5% à 12% et flux de trésorerie proche de 1 milliard d'euros;

– La force spéculative s'est renforcée depuis la sortie complète de PAI Partners, même si Siemens conserve près de 13% du capital avec un engagement jusqu'en 2020.

Ordinateurs – ESN

Le secteur ESN (entreprises de services numériques) est en pleine croissance, sous l'impulsion de thèmes tels que la cybersécurité, le cloud et les mégadonnées. Le secteur cible 100 000 locataires en France sur trois ans. Le roulement de personnel de ces entreprises est très élevé et doit attirer une main-d'œuvre très polie. En fait, étant donné les besoins, les talents disponibles sur le marché ne suffisent pas. Ce défi de ressources humaines est un véritable défi pour le secteur, qui emploie 212 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros. Les entreprises opèrent de différentes manières pour se différencier, en plus de la rémunération, des politiques de formation et de la qualité de vie au travail. De nombreuses entreprises ont mis en place le télétravail ou embauché un «responsable du bonheur». Certains parient sur une croissance externe qui fournit non seulement de la technologie mais également du talent.

Bannière 728x90

ℹ Valeur du jour à Paris – ATOS: Thierry Breton repart, mais l'activité trimestrielle rassure – Taux Minimum
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *