🆕 La politique fiscale de Macron augmentera les inégalités en 2018 – Taux Minimum

By | octobre 16, 2019



















Emmanuel Macron, président de la croissance des riches et des inégalités? C’est cette image qui a cherché à surmonter la résistance de la gauche au déclin déterminé de la fiscalité du capital en 2018, lors de la transformation du FSI en patrimoine immobilier (IFI) et de l’introduction d’un impôt sur les plus-values ​​de 30%.

Cette image est-elle vraie dans la réalité? L'étude Insee sur l'évolution des inégalités en 2018 apportera une réponse à cette question dès la première année de la période quinquennale. Les résultats restent temporaires car ils sont dérivés de simulations de mesures fiscales et sociales sur le revenu des ménages. Les résultats finaux ne seront connus qu'en septembre 2020.

Légère augmentation de la différence entre les 20% les plus riches et les plus pauvres

Que montrent-ils? L'augmentation des inégalités, par rapport à l'indice de Gini, est un indicateur qui mesure la différence avec la position d'égalité parfaite dans laquelle tous les Français ont le même niveau de vie. augmenter. "Il s'agit de la plus forte augmentation depuis 2010, mais les niveaux de 2018 resteraient en dessous du sommet de 2011", a-t-il déclaré dans une note à l'INSEE.

Comment expliquer cette croissance? Fondamentalement, avec l’introduction d’une taxe de 30% sur les plus-values, qui a entraîné une augmentation soudaine des dividendes versés, le "revenu" est très concentré au sommet de la distribution. Si la mesure avait été prise en compte, elle aurait probablement entraîné une nouvelle augmentation de 0,002 de l'indice de Gini, selon l'Insee. réduire légèrement les inégalités ", indique l'Insee.

Lisez aussi les classes moyennes, les grands gagnants de la politique Macron

D'autres mesures que la taxe de 30%, telles que le gel des subventions au logement, contribuent à accroître les inégalités de niveau de vie. À l’inverse, les plus modestes ont bénéficié de mesures d’aide sociale minimum et d’aide au fonctionnement, qui contribuent à réduire les inégalités. L’indice de Gini n’est évidemment pas le seul indicateur disponible. Les niveaux de vie des 20% les plus riches et des 20% les plus riches augmentent également, mais "légèrement" mieux de 0,1 point. Grâce à cette augmentation, les premiers ont atteint un niveau de vie 4,4 fois supérieur à celui des seconds (après une quasi-stabilité depuis 2013). Le niveau de vie des 10% les plus riches et des 10% des revenus les plus modestes reste quasi stable. Le niveau de vie des premiers est supérieur à 3,5% des derniers.

Le taux de pauvreté augmente légèrement

Quant au taux de pauvreté, qui mesure le nombre de personnes vivant avec moins de 60% du revenu médian (le niveau de revenu divise la population française en deux parties égales), il augmente de 0,6% à 14,7%. % De la population française.

Cependant, cette augmentation est surestimée car elle est causée par une diminution du nombre de locataires locatifs locatifs. La diminution réelle est compensée par une diminution du loyer, qui n’est pas incluse dans le calcul du revenu du ménage. Corrigé de cet effet, l’augmentation du taux de pauvreté est limitée à 0,2 point, soit 14,3%. Avec cet ajustement, le nombre de pauvres en 2018 a atteint 9,1 millions. Si nous maintenons le seuil de pauvreté à 50% du niveau de vie médian, le taux de pauvreté sera beaucoup plus bas, à 0,2 point. et cela est atténué par le loyer plus bas du logement social. Ce taux de pauvreté augmente, en partie, du fait que le niveau de vie médian augmente plus rapidement que celui des personnes à faible revenu, "contribuant à l'augmentation de 0,2 point de pourcentage du taux de pauvreté avant redistribution".

"Les mesures liées aux impôts directs, telles que les réductions de l'impôt sur le logement, l'extension du crédit d'impôt pour les CSG / échanges de cotisations et les travailleurs à domicile pour les retraités, bénéficieraient aux ménages au-dessus du taux d'imposition. Les seuils de pauvreté. au contraire, des mesures sur le minimum social (modernisation de l'allocation de solidarité pour les personnes âgées et aide aux adultes handicapés) contribueraient au contraire à la réduction du taux de pauvreté.

Il reste à voir si cette légère tendance à la hausse des inégalités et de la pauvreté se poursuivra en 2019 et 2020, à la suite des mesures fiscales visant à apaiser le gilet jaune.

Bannière 728x90
🆕 La politique fiscale de Macron augmentera les inégalités en 2018 – Taux Minimum
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *