Assurance Animalière Nouveautés – L'homme qui chuchote aux oreilles d'une vipère – Actualités dimanche matin: dimanche matin

By | octobre 7, 2019



















Quand Fabien Bettex nous accueille devant une maison colorée, ils sourient tous. Il est bien conscient que le photographe et le journaliste devant lui n'ont pas été suffisamment rassurés. "Entrez dans mon monde, vous allez vite comprendre pourquoi je vis seul", rit-il. Un homme d'Indiana Jones moderne, âgé de 59 ans, à la tête rasée, aux lunettes vissées et à la chèvre barbue, est un vrai passionné de serpents puisque 370 000 Suisses inscrits en 2018 ont accepté des reptiles. animaux de la catégorie 4 après le poisson, les chats et les chiens. Un vrai.

Avant d'entrer dans le royaume des reptiles, Fabien Bettex souhaite expliquer les règles d'utilisation. "Ne t'inquiète pas, mes vipères ont été fermées, et seulement je les manipulerai." Dans la pièce adjacente au salon (dans laquelle un grand vivarium est exposé par deux grands lézards) se trouve une petite pièce avec une vingtaine de terrariums, des timbres "VENIMEUX", rouge vif mais grimpant, paisiblement sous vingt vipères. .

Intérêt scientifique

"Non seulement les vipères, nous sommes pressés de déterminer notre hôte. L'espèce Montivipera Bulgardaghica ne se rencontre que dans les montagnes turques à une altitude supérieure à 2 000 mètres. Elles ont été découvertes dans le Turque Bolkar Daglar à la fin du XIXe siècle. fait d’animaux appartenant au musée d’histoire naturelle de Vienne. "

Man est précis et méticuleux, nous montrant des cartes où les zones de recherche sont en rouge. Il décrit sur un ordinateur le paysage montagneux et rocheux, parfois enneigé, où cette espèce rare se développe. Une fois par an, il prend le gouvernement Land Rover et se rend en Turquie pour la collecte de nouvelles données. "Plusieurs fois aujourd'hui, je cite mes observations dans des revues scientifiques sérieuses."

Il vous montre le nom de famille sur de nombreux documents, que vous avez soigneusement classés. "Dans cet environnement, il faut faire attention car l'éthique n'a pas beaucoup de place. Zozos veut juste que son nom apparaisse dans un magazine. Et beaucoup de fausses informations circulent. Parfois, je vois mes photos en ligne. Je suis foutu", agace le Vaudien.

De la paix au serpent

Comment devenir un amoureux du serpent? Fabien Bettex se souvient de son enfance dans un beau jardin. "Chaque fois que je marchais au bord du lac, j'étais toujours émerveillé. Je suivais les animaux. Mes yeux étaient attirés par tout ce qui se passait autour de lui, qu'il s'agisse d'oiseaux, de fleurs, de grenouilles, etc." Mais le moment le plus important est le long d'un canal pour un enfant qui attend que les grenouilles se rencontrent. . Il rencontre un animal beaucoup plus dérangeant: un grand serpent d’herbe, immergé dans l’eau.

"Ma mère a crié et elle était en crise de panique. Elle était fascinée. Alors je suis allé voir une grenouille serpent." Elle sourit devant les ennuis d'un enfant. Ensuite, le jeune homme va à l’école en regardant des animaux dans du formaldéhyde. "À l'âge de 14 ans, au début de mes vacances, je suis parti en moto dans le Tessin et dans le nord de l'Italie. Mon ami et moi avons dormi dans des sacs de couchage et avons passé plusieurs jours dans nos poches cent balles.

Après avoir obtenu son diplôme en mathématiques et en sciences, Fabien Bettex est un "fer-blanc" permettant de gagner de l'argent de gauche à droite. Son seul but est de revenir en voyage pour continuer à être surveillé. Il se souvient d'une belle anecdote en Italie: "On nous a servi des vipérines dans un bistrot, une sorte d'alcool fort complètement banni d'un verre dans lequel un serpent mort nageait. C'était excitant. Bien sûr, nous sommes sortis avec des amis pour regarder ce nouveau type de vipère."

L'heure du repas

La vipère a l'air affamée, leur langue bouge. Le fan explique que la loi suisse ne leur permet plus de vendre des animaux vivants. Il enlève les sachets des souris et des rats du congélateur. "Ici, mes vipères peuvent être en prison, mais elles sont comme dans un hôtel. En principe, elles mangent plus, une fois tous les dix jours."

Ils ont l'air terrifiés, n'est-ce pas? "Il y a des jours qui sont plus excitants que d'autres. Vous devez donc les laisser seuls et manger quelque chose plus tard." Le temps est venu pour des photos et des démonstrations sans vitre. Fabien ouvre la porte méticuleusement et s'approche de la vipère avec un crochet en métal. Nous assure: "Ce ne sont pas des monstres qui sautent par-dessus leur tête, sinon ce serait une longue période si je n'étais pas là."

D'autant que la détention d'espèces sauvages est très réglementée en Suisse. Vous avez besoin de terrariums de bonne taille, de fenêtres fermées, d'une pièce séparée. Une formation spéciale de "conciergerie" est nécessaire, ainsi qu'une assurance spéciale pour couvrir jusqu'à deux millions de coûts en cas de coup de couteau. Et cela rassure-t-il les voisins? "Il n'y a jamais eu de problème dans le village, même si certaines personnes pensent que je suis fou. Il existe une phobie des serpents. Un jour, un gars a dû se tenir à mon compteur. Il ne savait pas qu'il avait envoyé un collègue."

Créé: 10/05/2014 22:35

Bannière 728x90

Assurance Animalière Nouveautés – L'homme qui chuchote aux oreilles d'une vipère – Actualités dimanche matin: dimanche matin
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *