🆕 Loi Pinel en 7 étapes – La nécessité de réguler la différenciation territoriale reste un sujet de débat

By | septembre 23, 2019



















Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion territoriale et des Relations avec les gouvernements locaux, a déclaré lors d'un symposium sur la différenciation territoriale organisé par le Centrist Union Group au Sénat, le lundi 23 septembre, que la décentralisation ne pouvait se faire de manière isolée ", cela ne me parle pas non plus de décentralisation, mais de flexibilité et d’interprétation, pour ne pas être restreint, j’ai très tôt lié la soi-disant différenciation à la décentralisation, enfin, nous avons associé la déconcentration, en particulier pour faciliter les contrats entre communautés. le projet de loi sur la décentralisation, la différenciation et la décentralisation, également appelé projet de loi 3D. "

Vincent Aubelle, professeur de droit à l'Université de Marne-la-Vallée, a déclaré: "La différenciation territoriale ne peut être organisée sans le soutien de l'Etat, ce qui implique également un mouvement de déconcentration".

En attendant, le droit à la différenciation territoriale est inclus dans le nouveau projet de révision de la constitution. Dans l’exposé des motifs du texte, le ministère de la Justice déclare qu ’" il s’agit avant tout de permettre à certaines communautés de mettre en pratique un nombre limité de compétences qui ne sont pas accessibles à toutes les communautés de la communauté. [celle-ci]. Toutefois, le projet de révision permet aux communautés et à leurs groupes de s’écarter des dispositions légales ou réglementaires régissant l’exercice de leurs pouvoirs, lorsque requis par la loi ou la réglementation. "

Le désir de stabilité juridique

Cependant, Jean-Louis Valentin, président de la communauté d'agglomération du Cotentin, a insisté sur le fait que la différenciation ne devait pas être une priorité. "Cet outil est loin de ce que nous vivons au quotidien. Nous voulons simplement une stabilité juridique. Les élus locaux et les responsables régionaux ne peuvent plus résister à des années d'instabilité. Nous avons besoin de lisibilité lorsque nous pratiquons nos compétences. C'est plus important que différencié l'existence de droits locaux et l'adaptation de la loi ".

Philippe Laurent, maire de Sceaux, a déclaré qu'il n'était pas nécessaire de différencier les différents cadres. "La norme doit être distinguée, mais elle ne doit pas être normalisée. Elle a invité le législateur à introduire une marge réglementaire pour les communautés. Passons à autre chose, mais ne le dis pas. "

Options existantes

D'autant qu'il existe déjà des options avec un cadre constitutionnel permanent. De nombreuses différences ont déjà été appliquées, comme le rappelle Géraldine Chavrier, professeur de droit public à l’Université de Paris, indiquant notamment que "le législateur a déjà eu la possibilité de prendre en compte les différences de situation de la loi de la montagne ou de Paris, Marseille, Lyon pour le droit. "

En outre, cet expert en action des autorités locales estime qu '"il est nécessaire que la loi soit aussi claire que possible pour pouvoir ensuite simplement prendre des initiatives au niveau local. C'est ce qui se passe déjà avec la police administrative. Certains maires ont estimé qu'une interdiction de nettoyage était en place. nécessaire, pas d'autres. "

Enfin, il a cité l'exemple de la création future de la Communauté européenne d'Alsace. La ministre Jacqueline Gourault nous a exhortés "à faire attention à ne pas faire du principe de différenciation un principe qui ne s'applique qu'aux zones à identité forte. Chaque zone a droit à la différenciation".

Stéphane Perrin, conseiller régional pour la Bretagne, a rappelé à quel point la région était confrontée à la mise en place d'un système d'exonération fiscale de la loi Pinel, qui ne pouvait aller qu'au cœur de Rennes Métropole, afin que le zonage puisse être décidé localement.

Un exemple qui montre que la différenciation est encore difficile à mettre en œuvre. Jean-René Cazeneuve, président de la délégation de l'Assemblée nationale, a déclaré qu'il ne s'agissait pas seulement de le réglementer. "Pratiquer la discrimination n'est pas un sport facile pour les élus. Regardez les pédales arrière des départements, car ils ont la possibilité d'ajuster la vitesse de 80 km / h …"

61% des répondants soutiennent les variations locales dans la législation nationale

L’Ifop a interrogé 1017 personnes au nom du groupe du Sénat, Union centrale, sur le fonctionnement des autorités locales. 55% des répondants soutiennent l'autonomisation de la municipalité.
55% des répondants soutiennent également les différences de compétences des collectivités locales et régionales d'un domaine à l'autre.
Enfin, 61% des répondants sont favorables aux variations locales dans les législations nationales.

Bannière 728x90
🆕 Loi Pinel en 7 étapes – La nécessité de réguler la différenciation territoriale reste un sujet de débat
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *