Assurance Animal Mars 2019 – Ce que j'ai appris sur le chômage après avoir postulé pour 215 emplois

By | août 17, 2019



















Ce mois-ci aura deux ans que j'ai perdu mon emploi à temps plein, que j'ai occupé pendant 15 ans en communication. Cette perte a eu un effet dévastateur, notamment parce qu'elle a coïncidé avec la fin d'une relation longue distance de quatre ans. Mère célibataire, je me suis retrouvée seule sans épargne ni filet de sécurité.

La dernière fois que j'ai licencié un licenciement économique, c'était en 2003, j'étais serveuse alors que je cherchais un emploi de bureau à temps plein. Malheureusement, à cause de problèmes de dos (discopathie dégénérative, scoliose et sténose de la colonne vertébrale), je ne peux plus rester debout pendant de longues heures. J'ai essayé d'obtenir une pension d'invalidité, mais je recevais trop d'allocations de chômage pour être admissible.

Malgré mon inquiétude, j'étais confiant de trouver du travail bien avant la fin de l'année des allocations de chômage. Diplômé et expérimenté, personne intelligente, travaillante, responsable, passionnée par ce qu’il fait, il est aussi indépendant que son équipe. Je suis un guerrier et j'ai de très bonnes références. J'ai toujours aimé les entrevues et les terres faciles. J'ai donc commencé mes recherches beaucoup plus activement que les deux étapes hebdomadaires requises par l'agence pour l'emploi.

Cependant, le marché du travail n’est pas du tout le même qu’en 2003.

De très grandes entreprises comme Google bénéficient d’employés qui viennent au bureau tous les jours, tels que des employés à plein temps, sans assurance maladie ni régime de retraite.

"L'image fantôme" (c'est-à-dire le fait qu'un employeur potentiel peut laisser un candidat sans nouvelles après un entretien) et son âge est terrible pour des milliers de personnes sans emploi ou sous-employées. Comme dans le cas des petites entreprises, où les entreprises emploient des contractuels pour une courte période, cela les empêche d’augmenter leurs effectifs et de payer des prestations sociales. Dans une entreprise où je travaillais temporairement, j'ai rencontré une fille qui avait signé un "contrat" ​​de graphisme pendant cinq ans. Elle n'a jamais su quand elle a été appelée ni pour combien de temps. Sans revenu régulier, il était difficile de payer ses factures, mais il ne pouvait pas établir son indépendance car il n'aurait pas assez d'argent pour appeler la société.

Un jour, une offre d'emploi à peine légale a été proposée en tant que "pigiste à temps plein", une pratique de plus en plus répandue au sein du département du Travail des États-Unis. De très grandes entreprises comme Google bénéficient d’employés qui viennent au bureau tous les jours, tels que des employés à plein temps, sans assurance maladie ni régime de retraite. Pour éviter les employeurs, les employeurs passent parfois par des agences de travail temporaires et sans protection ni avantages, les employés deviennent des "employés" de ces agences. Ce salaire caché, qui ne profite qu'à l'employeur, a tendance à s'étendre à de nombreux chômeurs prêts à tout accepter, ce qui favorise le cercle vicieux dans lequel les entreprises font appel à leurs employés quand cela leur convient. sans avoir à investir ou à s'y engager.

J'ai continué à travailler à temps plein tout en travaillant de manière autonome dès que l'occasion se présentait. J'ai vraiment apprécié les vêtements décontractés à la maison, en mangeant un déjeuner fraîchement préparé devant un DVD de la bibliothèque au lieu d'avaler un plat glacé à mon bureau pendant mon travail. Mes collègues me manquaient, mais la conciliation travail-vie était parfaite. Je pensais que mon prochain CDI ne serait pas long, mais plus le mois passait, plus j'en doutais.

À ce jour, j'ai postulé à plus de 215 emplois, y compris des emplois à temps partiel, CCD et des actions locales et nationales.

J'ai continué à postuler. Contacter le marketing et les agences de relations publiques. J'ai mis en réseau, diversifié mon profil Linkedin, travaillé avec des chasseurs de primes et enregistré auprès d'agences d'intérim. J'ai eu des entretiens d'embauche très positifs au cours desquels ils m'ont traité de candidat idéal. Après m'avoir présenté à toute l'équipe, ils m'ont dit qu'ils me rappelaient sans cesse et que, dans tous les cas, je rencontrais le profil que je recherchais et qu'il n'y avait aucune nouvelle. Des milliers de candidats quotidiens se plaignent en ligne que la formation fantôme fait désormais partie intégrante du processus de recherche d'emploi. C'est difficile de ne pas me faire peur.

À ce jour, j'ai postulé pour plus de 215 emplois (tenue de registres), y compris des emplois à temps partiel, temporaires et temporaires, aux niveaux local et national. Ceci est essentiellement écrit et le travail de communication, mais pas seulement. J'ai postulé pour un travail de transcription, mais à cause de mon manque d'audience, j'ai raté les tests. J'ai postulé en tant que secrétaire alors que je n'avais pas fait ce genre de travail depuis plus de 15 ans. Ils n'ont jamais offert une seule interview pour ce type de résolution. Les agences de recrutement ont déclaré que j'étais "trop ​​expérimenté" (traduction: trop vieux). Ils recherchent des jeunes prêts à travailler pour la moitié des chômeurs. Il aurait été plus facile de satisfaire mes deux demandes hebdomadaires, mais je savais que mes allocations de chômage ne dureraient pas éternellement.

En recherchant un emploi, j'ai progressivement consolidé mon entreprise en tant que travailleur indépendant. J'ai couru mon réseau. J'ai demandé des références et des recommandations. Je rappelais à ceux qui m'avaient déjà donné du travail. Mes amis ont beaucoup aidé. Alors que leur entreprise cherchait un éditeur pour un projet, ils m'ont fait confiance et m'ont fait suivre le plus petit chemin. J'ai reçu de nombreux compliments de la part de clients qui m'ont fait confiance dans mon travail. J'ai commencé à me dire que je pouvais devenir indépendant.

J'ai aussi réduit mes dépenses autant que possible. Si vous travaillez à domicile, ne sortez pas pour le déjeuner (ni pour boire ni pour le dîner) et vous n’avez pas à vous habiller et à vous préparer tous les jours, les dépenses sont considérablement réduites.

Au bout d'un an, j'ai répondu à une question que je m'étais posée au début de ma recherche d'emploi: Et si personne n'est employé à temps plein? Comment vais-je vivre pour sortir?

Deux ans plus tard, j'ai beaucoup appris et je tiens à vous donner quelques conseils:

premier Obtenez de l'aide. Surtout, n’ayez pas honte de dépendre de l’assistance sociale ou d’être pauvre. Les pauvres ne sont pas paresseux ou échouent. J'ai grandi dans la pauvreté et je savais bien manger après mes études. On m'a donc immédiatement aidé. Je l'ai fait le jour où j'ai perdu mon travail. Il y a des sources que vous ne connaissez probablement pas. Avec les bons d'achat, j'ai eu une liste de banques alimentaires. S'y rendre peut prendre beaucoup de temps et parfois, la nourriture est périmée, mais cela m'a permis d'en obtenir une bonne quantité. J'avais aussi des trousses comme un dentifrice, un détergent à vaisselle et une crème dépilatoire qui ne peuvent pas être achetées dans le cadre du programme d'aide alimentaire. Une fois par mois, je me rendais dans chaque banque, une par une, comme je le permettais. L’esprit de solidarité qui règne dans ces lieux est difficile à exprimer.

J'ai blogué sur les moments difficiles. Je me suis inscrit à l'ACA (Obamacare) lorsque mon assurance maladie a expiré et que le programme de prestations financières de l'hôpital n'était pas pris en charge par l'ACA. J'étais couvert par le régime Medicaid le jour où je ne recevais plus d'allocations de chômage. Je suis allé à la clinique pour un traitement (NB: à peine un dentiste accepte les patients de Medicaid). J'ai reçu une subvention d'urgence pour les écrivains, ce qui m'a permis de payer le loyer une fois. Demandez à votre bureau à domicile des informations sur la formation professionnelle et demandez de l’aide.

2. Obtenez de l'aide émotionnelle. Le chômage chronique et la pauvreté causent de graves dommages. Après que le chagrin, la colère et la terreur m'aient submergé, j'ai pris le contrôle. J'ai appris l'espagnol. J'ai suivi de nouveaux cours pour acquérir de nouvelles compétences (Rosetta Stone a un accès libre dans de nombreuses bibliothèques, Coursera fournit un soutien financier, Hubsp est gratuit). Je suis allée me promener et j'ai fait la paix avec l'hiver, qui est un bon moment pour ne pas voyager sous la neige pour aller au travail. Mes amis étaient merveilleux. Ils étaient toujours là quand j'étais nerveux. Ils ont participé à une collecte de fonds pour adopter un chien. Beaucoup m'ont surpris de m'offrir des cartes-cadeaux, des cadeaux ou parfois une bouteille de vin.

Il doit être honnête et ne pas nier la réalité. Beaucoup de gens luttent, mais la plupart ont trop honte pour en parler. Peu importe que je sois pauvre. Peu importe si vous avez du mal à le faire. Même au cours d’une table ronde à l’hôpital, il a expliqué comment le service à la clientèle des services financiers avait contribué à renforcer les aspects émotionnels et physiques des soins de santé destinés aux pauvres. endommagé.

troisième Révisez vos objectifs. Cette leçon était difficile. Après une année de chômage, quand je me suis rendu compte que je ne pouvais pas trouver de travail de bureau à temps plein, je me suis diversifiée. En plus de mon travail indépendant, j'ai également effectué de petits travaux pour payer l'électricité. Que ce soit en comptant des lunettes 3D au cinéma, en achetant des puzzles au restaurant ou en écrivant des légendes pour une chaîne hôtelière, je me suis rendu compte que je pouvais faire beaucoup de petites choses pour gagner beaucoup d'argent.

J'ai vendu beaucoup d'offres sur des sites d'achat et de vente. La plupart des gens ont bien plus que ce dont ils ont besoin et sont prêts à acheter presque tout pour une photo nette et bien photographiée. J'ai remplacé les boutons d'une vieille veste en cuir à franges. J'ai acheté une puce pour 5 $ et l'ai vendue pour 20 $. Tant que nous sommes valables, les tâches sont nombreuses. Si vous n'aimez pas les étrangers dans une entreprise de caravanes, essayez de devenir livreur d'épiceries ou de pizzas. Les épiceries recherchent des employés fiables. Réfléchissez de manière stratégique et privilégiez les entreprises proposant des tarifs réduits à leurs employés. Tondre la pelouse, promener les chiens. Gardez des animaux ou des enfants. Pensez-vous à votre revenu? Il y a peu de profit. Ne jamais abandonner.

Ce tournant dans ma vie m'a amené à revoir en profondeur ma relation avec l'argent. Si vous n'avez pas l'argent, considérez-le comme un cadeau. Nous sommes heureux de pouvoir payer une facture. Vous pouvez devenir un expert en réduction et en maîtrise des coûts. J'ai développé une flexibilité qui m'a donné plus de confiance et m'a donc permis de faire plus de travail par moi-même. J'ai reconnu que l'insécurité faisait partie intégrante de mon statut de travailleur indépendant expérimenté et créatif.

Le paiement de mon compte continuera d'être un pari mensuel récurrent. Je consacre beaucoup de temps au marketing, aux réseaux, à la facturation et aux recouvrements: la routine qui consiste à être son propre patron. Ce n’est pas ce dont je rêvais, mais il semble que personne ne veuille embaucher d’employés intelligents et expérimentés ayant au moins 15 ou 20 ans de travail devant eux (ma grand-mère est décédée à 102 ans), j’ai donc le temps), comme moi, très productive , dont le travail corporel est lié à la morale du travail et est une personnalité compatissante.

Je rêve toujours de trouver un bon emploi à temps plein et de gagner ma pension et non seulement de payer mes factures, mais je ne pouvais plus attendre de voir que je m'intéressais au monde du travail. J'ai créé les opportunités. Perdre mon travail m'a changé personnellement. Rétrospectivement, alors que la plupart de mes collègues et mon travail étaient très agréables, je me suis souvent occupée de patrons empoisonnés et de la profession de hurlement, de harcèlement et de favoritisme. L'employé de la semaine est mon chien Indigo ou moi-même. En tant qu'indépendant, je ne sais jamais ce qu'il va faire le mois prochain, mais maintenant, j'ai beaucoup moins peur de l'inconnu. Je sais ce que ça fait d’aller au fond des choses et de se battre pour survivre.

Je sais que l'insécurité est la norme pour moi, mais aussi que je fais tout ce dont j'ai besoin, même s'il n'y en a jamais eu autant. Un compagnon merveilleux que j'aimais quand je n'étais pas, a partagé ma vie. J'ai fait une place propre dans ma tête et dans mon cœur et j'ai trouvé l'amour. Je sais que nous pouvons résister à toute tempête parce que nous nous sommes rencontrés lors d'un ouragan.

Deux ans ont passé cet été lorsque j'ai perdu mon travail. Cette date signifie également que l'assistance sociale cessera (en tout cas pour un moment et avec peu de chance pour toujours). Maintenant, je cherche un peu trop l'indépendance pour l'exiger. J'appelle cette zone grise "intermédiaire". Je gagne trop pour avoir de l'aide, mais pas assez pour payer mes factures facilement. Je travaille dur pour sortir de cette phase, mais ce n'est pas facile.

Des millions d'Américains qui gagnent trop pour avoir droit à des prestations d'invalidité ou à des pensions sont dans cette situation. Lorsqu'ils sont physiquement capables, ils travaillent plus ou n'ont pas besoin de nourriture, de médicaments ou d'autres nécessités. D'autres s'occupent d'enfants ou de parents âgés au travail et se brossent les dents pour faire face aux dures réalités de la vie quotidienne, qui sont dangereusement stressantes et frustrantes.

Il est important que les gens comprennent à quel point il est difficile d'être pauvre. Il y a un monde entre ceux qui donnent une banque alimentaire et ceux qui parient, en espérant que c'était une bonne idée que quelqu'un apporte autre chose que du thon en conserve à bas prix. Un jour, j'étais tellement excitée de trouver un pot de beurre d'amande que je pleurais.

Obstacles à la réalisation des tâches (pas une seule fois, mais tous les jours, toutes les semaines, tous les mois). Nous passons des heures au téléphone ou en file d'attente principalement pour des aliments malsains et devons prouver régulièrement qu'ils ont le droit d'y avoir accès. C'est une lutte mentale et physique extrêmement difficile qui n'a pas besoin de mener. La baguette magique ne résout pas les problèmes de chômage, de sous-emploi et de pauvreté, mais nous pouvons prendre des mesures immédiates pour mettre fin à la stigmatisation qui y est attachée.

Nous devons également faire pression sur les employeurs qui exploitent des travailleurs sans avoir à les payer pour des prestations sociales et ceux qui utilisent un logiciel de recrutement pour rejeter des candidats en fonction de leur âge, sans parler du chômage. terrible problème. "L'image fantôme" est partout aujourd'hui. Les employeurs qui éliminent les travailleurs âgés recherchent des employés hautement qualifiés, travailleurs et engagés. Les entreprises qui utilisent des logiciels de gestion d’applications doivent réintroduire l’élément humain dans ce processus. C'est le même "élément humain" qui, du point de vue de la pure courtoisie, doit prêter attention et répondre à tous les candidats, en particulier ceux qui ont été interrogés. Les candidats n'ont pas besoin d'être original et créatif.

Il est important que les gens comprennent à quel point il est difficile d'être pauvre.

Les employeurs doivent envisager de renoncer à leurs revendications injustifiées: existe-t-il vraiment un besoin systématique de diplôme? Plus important encore, au lieu de simplement regarder les personnes inscrites au bilan, les employeurs doivent se demander quel est le centre de leur entreprise et quel est leur objectif. L'éthique, apparemment laissée à la porte du conseil d'administration, doit trouver sa place dans le monde.

Si vous vous trouvez dans une situation comme la mienne, combattez, n'abandonnez pas. Je suis fier de tout ce que j'ai fait pour survivre ces deux dernières années, mais il ne doit pas être si difficile de garder la tête hors de l'eau, d'obtenir de l'aide, de trouver un emploi décent et tous les avantages qui en découlent. La manière dont la richesse est distribuée dans ce pays signifie qu’il ne faut enrichir que les riches et appauvrir les plus pauvres. Il est presque impossible d'y retourner si vous ne savez pas où aller, si vous avez été stigmatisé ou si vous avez trop honte de demander de l'aide. Si vous êtes assez chanceux pour ne pas vous demander comment vous nourrir ou garder votre tête dessus, arrêtez de juger et de diaboliser les pauvres. L'enfer qu'ils vivent au quotidien est déjà assez douloureux.

Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve, mais je suis dur et continuerai à faire ce qu'il faut pour survivre. En partageant ouvertement ma lutte, je veux dire aux autres qu’ils ne sont pas seuls et j’espère que mon expérience leur sera utile. Nous sommes tous ensemble sur cette planète et nous avons besoin les uns des autres pour survivre.

Ce blog a été créé par American HuffPost, Traduit par Catherine Biros Rapide ForWord.

Voir aussi HuffPost:

Bannière 728x90

Assurance Animal Mars 2019 – Ce que j'ai appris sur le chômage après avoir postulé pour 215 emplois
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *