🆕 Loi Pinel en 6 étapes – Haute-Corse: les propriétaires des Jardins de Ville en difficulté

By | août 8, 2019



















Entrer dans le développement immobilier des jardins de la ville donne déjà une image négative de ce qui attend le visiteur. Entièrement dans le sol, rempli de crevasses et de bosses, la route, qui appartient en partie à la communauté corse, mène à une série de six bâtiments dans l'état, depuis le début des bâtiments à Ville-di-Pietrabugno. Septembre 2015 Dans des cas justifiés, en l’absence de frontière, seuls les permis de passage réglementent l’accès aux lieux: "La promotion est sur un terrain clos", note Philippe Lemercier, propriétaire d’un complexe immobilier géré par la SARL "Les jardins de Ville".

Face à tous les problèmes rencontrés par les acheteurs, l'allée n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan. Sur les 125 bâtiments vendus pour 21 millions d'euros, seuls trois sont partiellement livrés. Et il y a beaucoup de réservations pour les entreprises et les propriétaires.

Apave, responsable du contrôle de la sécurité des locaux, fait rapport dans un rapport daté du 26 juin et fait partie du "nombre important d'incidents de sécurité opérationnels" : baisse de hauteur, hygiène, mauvaise propreté, pénétration dans le chantier de construction, accidents divers. Les plaintes ont incité le contractant principal "dégagez votre responsabilité professionnelle en cas d'accident sur site".

L'architecte et le notaire avertissent le développeur

En dépit de ces problèmes de sécurité, des dizaines de propriétaires, perturbés financièrement, ont accepté d'intégrer leur logement dans sa forme actuelle.

Dans une lettre datée du 2 juillet, l'architecte responsable du projet prépare un premier inventaire de la situation promotionnelle pour le principal promoteur immobilier, SARL. Plus d'un an après l'achèvement théorique des travaux. L'emplacement du 3ème bâtiment destiné à accueillir la maison sociale "la gestion du projet a été interrompue en raison du manque de revêtement et de poursuites de la part de certaines entreprises envers le client"dit l'architecte, qui n'était pas disponible au moment de la rédaction. Pas plus optimiste à propos du bâtiment 6: "La pose de carreaux est en cours. Vu la situation procédurale entre les entreprises et la direction du projet, la direction du projet est en train de se diriger vers un arrêt de travail."

La situation est encore plus critique pour le bâtiment 4, il ne peut jamais décoller. Voici le maître d'œuvre "La construction est en train d'être arrêtée. Il n'y a pas de retour du propriétaire du marché fictif et du propriétaire de l'entreprise …" En raison de cette préoccupation, le notaire pour la promotion, également indisponible, demande également que le travail soit interrompu, dans une lettre au conférencier: "Etant donné que la gestion du site me semble imparfaite, je pense qu'il serait sage d'abandonner le bâtiment et de résoudre la vente pacifique déjà signée."

"Je ne veux plus en entendre parler"

La solution attend la douzaine de clients répertoriés dans le bâtiment. Lætitia est l'une des personnes qui s'offusque et se fâche: "J'ai investi 37 000 euros dans un appartement à 130 000 euros. Le développeur a commencé à rêver et n'a ensuite rien annoncé. Maintenant, je ne veux plus entendre parler de ce bâtiment …" Moralement, la jeune femme a l'intention d'intenter une action en justice pour la récupérer. D'autres sont dans la même position. Et il n'a pas attendu que la procédure soit ouverte. Dans ce cas, trente. Mais il devrait y en avoir beaucoup plus dans les mois à venir: "Les affaires ont été renvoyées devant TGI Bastia contre le vendeurexplique Stéphane Gazzo-Marfisi, qui représente une quinzaine de clients aux côtés de Sara Lorre. L'objet de ces actes est l'inexécution ou la mauvaise exécution des obligations contractuelles.

"En outre, il y a des conséquences pour les personnes, les projets familiaux, le mariage, les femmes enceintes, l'anxiété et une souffrance psychologique importante pour les consommateurs."

"Il y a une urgence et ce n'est pas fini"

Des dizaines de fonctionnaires n’ont pas hésité à occuper les locaux de l’agence immobilière Massoulier, chargée du marketing, face au silence des fonctionnaires. Jean * fait partie d'une ligne d'insatisfaction: "Le bâtiment où j'ai acheté mon appartement est encore inachevé, mais entre-temps, j'ai une maison familiale gratuite et j'ai perdu mon prêt à taux zéro et l'exonération fiscale de Pinel."

Ludovic, un jeune propriétaire, est dans la même situation: "Enfin, nous devons payer le loyer et le prêt en même temps, ce qui crée de l'anxiété et des tensions, et nous aurons du mal à vendre ces appartements …"le jeune homme soupire. Isabelle Gomes et Patrice Lemercier partagent le même goût amer de ce qu'ils appellent un "scandale": "Tout est mal fini, il y a une fuite dans les murs, du chantage lorsque les clés sont remises." Nous devons savoir que 3 800 maisons de luxe nous ont été vendues. un m². " En rejoignant le conseil syndical, une douzaine de propriétaires espèrent changer d’entreprise et se battre pour obtenir gain de cause. Malgré tous les obstacles: "Je ne sais même pas si je pourrai vivre dans mon appartement, regrette Jean. Il y a de l'inquiétude chez les gens, et c'est loin d'être fini … "

* Nom changé

Bannière 728x90
🆕 Loi Pinel en 6 étapes – Haute-Corse: les propriétaires des Jardins de Ville en difficulté
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *