🆕 Loi Pinel Le Guide en 5 étapes – Immobilier: Nouveaux records de vente et de prix! | D'individu à individu

By | juillet 2, 2019



















4 juillet 2019 – Avec une demande très forte et des taux d’intérêt extrêmement bas, la vente et les prix des anciens biens immobiliers volent. Le nouveau marché intérieur est résilient. En conséquence, 2019 devrait être une année exceptionnellement favorable pour les habitations.

L'Institut a publié fin juin 2019 un indice des prix des logements neufs et anciens. En conséquence, les deux secteurs sont restés inchangés au premier trimestre de 2019 par rapport aux trois mois précédents. Stabilisation? Pas vraiment. L'Insee a enregistré une croissance de 2,9%, soit neuf mètres carrés en un an. En douze mois, le nombre de maisons neuves a augmenté de 2,4% et celui des biens d’usage, de 3%. Dans la vieille région "La croissance est plus dynamique en Île-de-France (4%) que dans les régions (2,6%)", rapports Datalab du ministère de l'Ecologie et de la Solidarité de la Transition sur le cycle économique publié début juillet 2019.

Mètre carré sur le dessus. Ces moyennes cachent les nouveaux développements. Dans le premier cas, la croissance se poursuit dans le centre des grandes villes, mais à un taux moins frénétique que celui observé ces dernières années. Ces titres très populaires (Bordeaux, Lille, Lyon, etc.) Les vieux sommets du mètre carré et les acheteurs ne suivent plus la croissance à deux chiffres malgré la chute des prix.

Marchés différés. Cependant, la demande d'agglomérations dynamiques reste forte. Soudainement, les candidats à l’achat se tournent vers leur périphérie voisine, où l’ancien mètre carré est plus bas. En conséquence, ces marchés de transport connaissent des hausses de prix. Outre Lille, Ascq de Villeneuve dépasse par exemple 10% de croissance annuelle.

Titre: Bonus attractif. La même tendance dans les villes moyennes attrayantes. L’ancien progrès à La Rochelle est supérieur à 10% par an. Certaines implantations (Brest, Cherbourg, etc.) sont également en forte hausse dans les premiers. À compter du 1er janvier 2019, situés dans la zone B2 de la loi Pinel, ils ne sont plus éligibles pour la nouvelle exonération fiscale. Ils ne sont plus construits et, en l'absence de nouveaux programmes, les clients se réfèrent à l'ancien.

Immobilier: où sont les locations?
Au premier trimestre de 2019, le loyer des logements principaux a diminué de 0,5% par rapport à l'année précédente. Mais attention: ce numéro, issu de la dernière étude Datalab du ministère de l'Ecologie et de la Solidarité, intègre le loyer du parc HLM. Cependant, ils ont diminué à la suite de décisions récentes du gouvernement. Selon une étude récente de l'Observatoire privé Clameur (publiée le 26 mars 2019), les loyers du secteur privé ont augmenté de 1,4% en 2018 (voir notre article pour plus d'informations sur les tarifs de location que sur l'inflation).

Tension durable dans l'immobilier. Taux extrêmement bas, désir d'achat fort: la demande reste forte et dépasse toujours l'offre. Dans le neuf, le parc de logements disponibles a diminué de 11%, l'erreur dans les ventes a diminué de 36%, tandis que les ventes sont restées presque stables (baisse de 1,2% par rapport à l'année précédente). Outre l'offre soumise à la demande, des pressions persistent dans les grandes villes, dans les villes dynamiques, mais aussi sur les marchés du transport.

Le record de vente est vieux. À l'heure actuelle, la hausse des prix ne constitue pas un obstacle à la pleine capacité du marché. Le million de transactions dans la vieille région pourrait être franchi cette année, jamais auparavant. Dans la nouvelle, les promoteurs vendent 120 000 maisons à des particuliers, obtenant un bon score, tout en ne produisant que dans les secteurs étirés (A bis, A et B1 Pinel).

Taux de l'immobilier: historiquement bas!
Les prêts hypothécaires tombent au plus bas historique. Par exemple, pour les prêts de 20 ans, la moyenne brute (hors assurances et frais accessoires) était de 1,30% au début de juillet 2019, contre 1,65% un an plus tôt et 2,50% en juillet 2015. et … 4,30% il y a dix ans! Très impressionnant, le record en baisse de cette année est largement compensé par la hausse des prix. Dans un sondage publié le 1er juillet 2019, le courtier Meilleurtaux note que dans les vingt plus grandes villes, les acquisitions immobilières se sont améliorées dans quinze. Même à Paris, où les prix atteignent de nouveaux sommets, le pouvoir d'achat s'est arrêté. En bref, l'argent bon marché augmente les transactions … et les prix!

La nouvelle maison est en train de rebondir. Les constructeurs de maisons individuelles peuvent également se retirer du jeu et ont eu un impact important sur le plan de sponsoring pour 2018 (fin du programme APL, réduction du nombre de PTZ dans les zones B2 et C), avec une baisse de 15% l'an dernier. Au début de 2019, ils se sont stabilisés pour se redresser en avril et surtout en mai. Ils ont pu commercialiser de 120 000 à 125 000 cette année, contre 119 700 en 2018.

Une année exceptionnelle pour l'immobilier. Enfin, plus de 1 250 000 ventes totales (neuf, personnes âgées et constructeurs confondus) pourraient être enregistrées en 2019. Et peut-être un pas: les prix ne vont pas baisser indéfiniment et l'extension de la durée des prêts (228,3 mois en mai 2019 et 209 mois en janvier 2017 selon l'Observatoire du crédit au logement / CSA) ne compensera plus l'inflation par mètre carré. Mais cette prévision, qui a été faite l'année dernière, bouleverse les faits cette année …

Bannière 728x90
🆕 Loi Pinel Le Guide en 5 étapes – Immobilier: Nouveaux records de vente et de prix! | D'individu à individu
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *