Assurance Animalière Mars 2019 – Glyphosate, le dernier débat hystérique sur ceux qui protègent l'Europe et le progrès

By | mai 18, 2019



















Aux États-Unis, le jugement a condamné Monsanto à verser deux milliards de dollars à deux patients atteints de cancer. Cette affaire a évidemment relancé le débat sur les effets du glyphosate. Pain béni pour les professionnels de la politique, qui n'ont aucune difficulté à condamner les contradictions de la législation européenne entre l'incertitude des études scientifiques, les intérêts économiques et les positions idéologiques.

Si les Européens s'emparent à nouveau de ce dossier, le fait qu'il soit au cœur de l'opinion publique européenne est d'autant plus préoccupant que la certitude scientifique n'est pas prouvée. En conséquence, les pouvoirs politiques représentent une position mal définie et souvent contradictoire. C'est pourquoi il y a un débat qui ne cessera jamais de polluer les relations sociales et politiques.

La Commission européenne, qui a renouvelé l'autorisation du glyphosate au cours des cinq prochaines années, a annulé cette décision en novembre 2017 en vue de limiter l'autorisation des pesticides à l'horizon 2022. Cela vient de 2021 … une date difficile; car rien ne remplace le fameux glyphosate et nos agriculteurs et nos jardiniers dominicains sont totalement dépendants.

Le glyphosate est la molécule chimique utilisée pour produire l'herbicide le plus répandu dans le monde. Depuis 1974, Roundup vend les produits américains Monsanto, qui fait partie du groupe Bayer. Depuis que le brevet a été publié depuis 2000, le glyphosate est actuellement utilisé dans l'agriculture et l'horticulture dans le monde. Comme un médicament. Il vend actuellement 800 000 tonnes dans le monde, dont 9 000 en France.

Il n'y a pas de produit plus simple et moins cher pour se débarrasser des mauvaises herbes.

En conséquence, le glyphosate a cristallisé l'attention et les critiques de nombreuses ONG qui pensent que le produit va perturber l'équilibre naturel et que la priorité sera de protéger l'environnement et les personnes. Monsanto est un fabricant historique qui produit moins de la moitié du glyphosate ciblé. Monsanto a une mauvaise réputation. Monsanto n'a rien fait pour que les gens aiment le public. Monsanto a produit les premiers OGM à avoir développé des plantes résistantes aux herbicides et aux pesticides. Il produit des herbicides et des pesticides. Elle gagne à chaque table. Les chimistes ont de la chance, mais c'est un peu le bordel. Monsanto est accusé de tous les échecs des ONG. Greenpeace, en particulier, sera l’ennemi numéro un avec un angle d’attaque très précis. Monsanto tue les humains et les animaux avec les effets toxiques du glyphosate. A partir des années 2000, l'opinion publique internationale brille.

Le Roundup est probablement utile dans l'agriculture moderne, mais mauvais pour la nature et les hommes. En conséquence, les pétitions se succèdent. Par exemple, plus d'un million d'Européens ont signé l'Initiative citoyenne européenne, qui met fin à l'arrêt du glyphosate et demande à l'Europe de ne pas renouveler la licence. Les débats ne sont pas très clairs. Nous obtenons une licence de renouvellement avec une très petite majorité: 65,71% des 65% requis! La France, l'Autriche, la Grèce et l'Italie voteront.

La réalité oblige les démocrates à reconnaître qu'ils ne disposent pas de la majorité ou non, et que les dirigeants politiques, conformément à leurs intérêts idéologiques, ont une opinion publique. La raison en est que personne ne peut voir clairement. Les études scientifiques et les évaluations sont incertaines et les conclusions ne sont pas justifiées par des autorités objectives ou incontestées.

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (Organisation mondiale de la santé) a classé le glyphosate dans la catégorie «carcinogène probable», les deux agences européennes d'expertise (EFSA-Autorité européenne de sécurité des aliments et Agence ECHA). Produits chimiques) donne un avis favorable avant le vote. Celles-ci sont basées sur le rapport de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BRF), responsable de l'évaluation des risques pour la santé en Europe.

Les opposants au glyphosate accusent l'institution allemande d'utiliser l'étude de Monsanto. Ils accusent également les organisations agricoles et les lobbyistes d'interventions de ne pas fournir une évaluation indépendante, objective et transparente.

Tous les adeptes du principe de précaution expliquent donc dans la guerre contre le glyphosate que le doute doit suivre le principe de précaution.

Dans ce cas, rien ne peut être montré, aucun dommage ne peut être prouvé, la neutralité. Récemment, 11 organisations de santé du monde entier ont convenu à l’unanimité que la bonne utilisation du glyphosate ne présente aucun risque. Outre le fait que ces études restent suspectes de collusion avec Monsanto. Un certain nombre de laboratoires ont analysé toutes les réactions pendant 40 ans. La réciprocité sociale agricole a pris des centaines de milliers de cas et n'a révélé aucune augmentation du risque de cancer chez les agriculteurs exposés aux herbicides.

Cependant, les opposants estiment que "le manque de certitude scientifique ne doit pas servir d'excuse pour ne pas interdire le principe de précaution".

Par conséquent, l'argument est inévitable.

Mais tous les historiens savent que si le principe de précaution avait été imposé à Columbus, il n'aurait jamais découvert l'Amérique. Mais non seulement a-t-il découvert l'Amérique, mais il a également inventé l'assurance. Plus tard, il n'a probablement jamais permis aux voitures de conduire ou de voler.

Le problème de l’évolution dans le débat presque théologique est qu’il n’existe aucun produit alternatif pouvant avoir le même effet sur les mauvaises herbes. Depuis le jour où nous découvrons la nouvelle molécule, le client peut choisir. Et la capacité de choisir, la concurrence est probablement la meilleure défense. En France, le glyphosate est déjà interdit à compter du 1er janvier 2017 pour l'entretien des espaces verts et des espaces publics. Il est également interdit à partir du 1er janvier 2019. "herbicide consommateur" …

Bannière 728x90

Assurance Animalière Mars 2019 – Glyphosate, le dernier débat hystérique sur ceux qui protègent l'Europe et le progrès
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *