Assurance Animalière Tout savoir – vétérinaire prix vétérinaire

By | mai 11, 2019



















laLa santé animale unit le problème de la filière porcine. Au cours des dernières années, les agriculteurs du Québec ont été mis en avant au niveau national dans leurs efforts pour améliorer la santé des animaux et la biosécurité. Cependant, les travaux n'étant pas terminés, il est important de mobiliser le secteur porcin pour atteindre les objectifs. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des principaux objectifs.

Sécurité biologique dans les élevages porcins

Le terme "sécurité biologique" désigne des mesures visant à réduire au minimum l'apparition, la transmission et la propagation de la maladie.

L’émergence de maladies dans la population porcine dans le monde nous rappelle l’importance de la sécurité biologique dans l’élevage. Les exercices tels que l'isolement, les mesures sanitaires (telles que le nettoyage et la désinfection), la gestion du trafic dans les élevages porcins (accès au stock, par exemple) et la gestion du stock (surveillance) du stock contribuent à maintenir un statut zoosanitaire élevé.

Les agriculteurs du Québec ont participé à la mise en œuvre du programme national de biosécurité établi par le Conseil canadien de la santé animale (CCSP), y compris la mise en œuvre d'une campagne de formation complète à l'intention des producteurs et des producteurs. les parties prenantes. Entre 2011 et 2013, 2064 producteurs ont été formés, représentant 85% du Québec. Les agriculteurs sont également disponibles dans des guides sur les procédures de sécurité biologique.

De plus, les producteurs de porc québécois participent à divers projets visant à maximiser l'efficacité et la performance de la sécurité sanitaire et biologique. Prenez les initiatives suivantes:

  • Au Québec, entre 2013 et 2018, un programme d’appui à la santé et au bien-être des porcs, divisé en porcs, comprend 14 mesures, dont la biosécurité, la surveillance de la santé et la formation en santé. une utilisation rationnelle de l'économie multidisciplinaire et des antibiotiques.
  • RECHERCHE Projets pilotes: Lancés en 2011, ces projets collaboratifs et innovants reposent sur des approches régionales et interprofessionnelles. Leur objectif est de contrôler le syndrome de reproduction et respiratoire (SRRP) dans des exploitations situées dans la même zone géographique. Ces initiatives documentent le flux du virus et s'accordent sur un plan d'action pour réduire la transmission du virus.

Utilisation raisonnable d'antibiotiques

La résistance aux antibiotiques est une préoccupation pour les humains et les animaux car elle rend difficile le traitement des infections. Les fabricants québécois préoccupés par ce problème ont mené plusieurs activités de test de résistance antibactérienne dans l'inventaire du porc du Québec:

  • Améliorer la biosécurité des exploitations agricoles afin de maintenir des stocks sains et de réduire l'utilisation d'antibiotiques.
  • Investir dans des projets de recherche et développement pour identifier des alternatives aux antibiotiques (tels que les vaccins).
  • Collaborer avec les vétérinaires du Québec pour sensibiliser et informer les éleveurs en publiant des articles d'information et des vidéos sur l'utilisation prudente des antibiotiques.
  • Effectuer des tests pour évaluer l'utilisation d'antibiotiques au Québec.
  • Informer les producteurs de porc du Québec des réglementations actuelles et futures et soutenir les outils développés par le MAPAQ.
  • Prendre de nouvelles initiatives et surveiller les initiatives existantes en mettant en place un comité sur l'utilisation rationnelle des antibiotiques.
Bannière 728x90
Assurance Animalière Tout savoir – vétérinaire prix vétérinaire
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *