Mutuelle Animaux Février 2019 – Assurance maladie pour les fonctionnaires – Narendranath Gopee: "Il s'agit d'une" puce "électorale

By | mai 7, 2019



















Narendranath Gopee, de la Fédération de la fonction publique et des autres syndicats (FCSOU), voit l'introduction de l'assurance maladie avec une approche perverse. Le syndicat estime que "le gouvernement va se tirer une balle dans la peau de la mesure annoncée le 1er mai". Lundi, il est apparu dans le duo de Patrick Hilbert / Ruth Rajaysur, Au coeur de l'information.

"L'assurance maladie publique pour les fonctionnaires est financée depuis 2008. Cela est également étayé par le rapport du PRB de 2013. Le 1er mai, le gouvernement a annoncé cette mesure le jour même de la journée du gouvernement, soulignant qu'il s'agit d'une nouveauté. Le gouvernement doit comprendre que le secteur public ne doit pas être politisé ", a déclaré Narendranath Gopee." Le porte-parole de FCSOU a déclaré que le gouvernement devrait fournir de meilleurs services dans le secteur médical plutôt que de mettre en place une assurance maladie pour les fonctionnaires. "Nous devons trouver une formule pour couvrir le nombre maximum de fonctionnaires", a déclaré un représentant syndical.

Initié jusqu'en 1998

Ashok Aubeeluck, ancien directeur du budget, a commenté l'action de ce gouvernement dans son discours à l'exposition. Il a souligné que cette "initiative louable remonte à 1998", mais il n'a pas vu la lumière du jour, car les méthodes de mise en œuvre n'ont pas encore été calculées, le secteur financier du pays est encore au stade embryonnaire ou la mise en œuvre du projet est sur le point de se terminer. "Aujourd'hui, Maurice recherche des assurances et des services de qualité. Les hôpitaux seront moins encombrés et le secteur privé fournira des services de qualité", a-t-il déclaré.

MRA critiqué

La politique fiscale de la Maurtius Revenue Authority (MRA), comparée à 100 millions de roubles par an, est un autre sujet abordé au cours du salon. Amar Deerpalsing, président de l'association des PME, estime que "le MRA ne fait pas de distinction entre les petites et moyennes entreprises et est placé de la même manière". Selon Amar Deerpalsing, les entreprises sont passibles des mêmes sanctions et paient les mêmes montants. – Quelque chose qui n'est pas juste. Les sanctions sont si élevées que les ARM sont considérés comme du chantage. Les amendes devraient être basées sur les opérations de l'entreprise », suggère-t-il. Ce dernier a ensuite gratté les conglomérats, soulignant que le MRA ne les "toucha" jamais, et que l'organisation serait plus intéressée par l'inquiétude des petites entreprises.

Redoutable évasion fiscale

A cette époque, l'économiste Pramode Jaddoo est intervenu. Il a souligné qu'une telle mesure encouragerait l'évasion fiscale dans le pays. «La fiscalité fait partie du principe de« bonne citoyenneté ». Si une entreprise reçoit moins d'argent, elle paiera moins », a-t-il déclaré. Ce dernier a souligné que la politique économique n'avait pas sa place lors de la réunion du 1er mai. «Les politiciens doivent cesser d'utiliser des armes économiques sur des plateformes politiques. L'arme politique n'est utilisée que pour le vote », note l'économiste. Il a ensuite proposé la création d'une plateforme réunissant les leaders économiques pour mettre en œuvre les propositions.

Bannière 728x90
Mutuelle Animaux Février 2019 – Assurance maladie pour les fonctionnaires – Narendranath Gopee: "Il s'agit d'une" puce "électorale
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *