Assurance Animal de A à Z – Les représentations controversées | Univers Nature – Actualités, environnement, habitat et santé

By | mai 7, 2019




















Quelles perspectives devraient être considérées?


Protection financée

laLes instruments juridiques peuvent également servir de base ou de base légale pour créer de meilleurs instruments financiers. Tous les pays touchés par la présence de grands prédateurs, qui doivent protéger leur territoire, conviennent qu'il est absolument nécessaire de réparer les dommages causés.

2.1. Un exemple de LIFE Nature

laLe programme LIFE Nature, renouvelé en 1999, permet de financer certaines de ces compensations. L'État français fournit 60% (55% du ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, 5% du ministère de l'Agriculture et de la Pêche), le reste des fonds étant dans l'Union européenne. Il convient de noter que la participation de l’État français au nouveau programme LIFE a augmenté de 10% par rapport à 1996.

Programme européen LIFE NATURE

Le programme triennal de la Commission européenne en 1997 poursuit deux objectifs:
– Trouver des méthodes et des solutions susceptibles de permettre l'acceptation sociale et la préservation de la population de loups déployés dans les Alpes-Maritimes.
– Extension de l'espèce dans les montagnes alpines.

Un groupe d’observation scientifique (Antenne LIFE) a été créé à cet effet. Il se compose d'un vétérinaire, d'un biologiste, d'une technique pastorale (conseils sur les équipements de protection) et d'un chien-animateur protecteur (conseils en formation et observation). Par ailleurs, un budget est disponible pour financer différents aspects du programme, à savoir:
– améliorer la connaissance du loup.
– compensation et mesures d'accompagnement pour l'élevage [dont frais de personnel].
– réimportation d'ongulés *.
– communication.
– fonctionnement et gestion du projet.

Les outils de défense restent un élément essentiel du programme. Listes de chiens de protection, filets et parcs mobiles, parcs permanents, outils effrayants et aide pastorale. LIFE Nature a été renouvelé et étendu en 1999 pour trois ans. Dès la première expérience, j'ai appris les leçons et le nouveau programme crée donc des «diagnostics pastoraux». Ces fonds à base d'alpha constituent la base de l'évaluation des actifs de protection à introduire, de leurs coûts et de leur pertinence.

Rapport de mission interministérielle sur la coexistence entre élevage et loup, Pierre BRACQUE http://www.environnement.gouv.fr
InfoPage no. 6, bulletin d'information LIFE Wolf
http://www.environnement.gouv.fr/provence-alpes-ca

Malgré le financement de 8 MF en 1996 et de 18,6 MF en 1999, le programme LIFE s'est révélé insuffisant et a reconnu que ses ressources étaient limitées. Dans le premier programme LIFE, l’ensemble du budget était épuisé en mai 1998, alors qu’il était prévu pour 1999. La médiation a donc été acceptée par le ministère de la Planification régionale et du Développement. environnement.
maintenant l'abattage direct est coûteux après la mise à mort des animaux. Par conséquent, il est important de créer des outils préventifs pour limiter l’effet des superprédateurs.LIFE utilise cet aspect pour financer la mise en œuvre de divers outils de prévention et pour promouvoir des solutions biologiques telles que les populations d'os sauvages.

Condition pour compenser la perte d'un animal: fouiller et retrouver la carcasse – Source LIFE Nature

Les sites d'alimentation peuvent jouer un rôle dans la réduction des prédateurs d'animaux d'élevage, mais cette solution n'est pas satisfaisante. En fait, cela dépend des prédateurs impliqués. Mis à part le fait que cela est clairement contraire à l'intention de conserver la faune, cela peut constituer un danger potentiel pour l'homme dans la mesure où, habitué aux odeurs humaines, le prédateur ne sera pas une réaction aussi favorable et une évasion naturelle face à l'homme.

2.2 Manque d'investissement

Puisque la protection du loup, de l'ours et du lynx est l'un des objectifs de l'État, il est important que l'ensemble de la politique y contribue. Tout d’abord, il faut noter les progrès réalisés depuis l’apparition du loup sur le territoire français. La gestion financière, technique, scientifique et sociale de la présence d'un prédateur n'est plus du ressort des parcs nationaux. De nombreuses administrations traitent maintenant avec DDAF, NFB ou ONC.
Cependant, le ministère de l'Agriculture et de la Pêche, bien que directement concerné par le débat, ne participe que 5% du financement du programme LIFE Wolf et non de l'indemnisation des brebis abattues par l'ours. et lynx, qui bénéficient du soutien total du ministère de l’Environnement.

Cependant, il s'agit de participer au maintien et au renouvellement du métier de pasteur dans les montagnes françaises.
De même, alors que l'Europe est fortement impliquée dans le maintien du loup dans les Alpes françaises, il semble qu'il n'y ait pas d'autres mesures financières pour la conservation des espèces couvertes par la directive Habitats, telles que les ours, du moins pour compenser les dommages réels. D'autre part, il fournit des fonds pour financer le financement de mesures compensatoires et de protection par le biais de l'IPHB.
La nouvelle PAC peut contribuer à l'entretien en commun des pâturages et des grands prédateurs. L’objectif du développement durable et de la protection de l’environnement est de faire partie d’une politique européenne globale et de la nécessité de moderniser l’élevage.

Sur cette image, une chèvre s'est livrée à elle-même, la pente raide et le manque d'accessibilité rendent impossible la supervision du berger. Recherchez le fichier avec la souris et cliquez pour obtenir une image en gros plan. – Photo P. FARCY

Des instruments tels que les mesures agroenvironnementales, qui étaient valables jusqu'à l'année dernière, ont contribué à soutenir le soutien aux chiens de protection. La mise en place de CTE devrait assurer la continuité de ces mesures. Malheureusement, par exemple, il n’existe pas de CTE distinct pour les ours, alors que d’autres sont protégés pour les espèces protégées.
Lorsqu'il s'agit de concevoir des instruments financiers durables, la prévention est au centre des réflexions et des actions prioritaires. En fait, c’est le seul moyen de réduire en fin de compte le coût de stockage des grands prédateurs.

2.3. Forcer la prévention

MMalgré le soutien financier, de nombreux éleveurs refusent toujours. Pour eux, en acceptant le programme LIFE Nature, nous devons dire "oui au loup".cependant, cela ne les empêche pas de toucher une indemnisation pour les attaques visant leurs actions …
mais L’étude statistique ONC a montré l’efficacité des mesures préventives, en particulier pour les gardes de nuit. Si nous savons que des attaques pourraient être évitées, nous nous demandons si l’Etat et l’Europe continueront à supporter des coûts de réparation importants, au lieu d’obliger les éleveurs à se défendre. Certains pays ont adopté ce principe. Seuls les éleveurs recevant l'équipement peuvent bénéficier d'une assistance financière, matérielle et technique. Cette attitude permet également d’apprécier les éleveurs déjà préparés et parfois déçus car ils n’aident plus comme ceux qui refusent obstinément le développement.

2.4. Manque de volontariat de l'Etat

SL’État montre que la généralisation des outils de prévention dans la zone des loups ne manque pas, mais l’esprit de compensation fait défaut en cas d’attaques.
De plus, si l'indemnisation du gibier mort est souvent lente, ce qui ne fait que nourrir les représailles des éleveurs contre le loup, l'absence d'indemnisation en l'absence d'indemnisation: comment expliquer le fait que les dommages causés par le lynx soient plus indemnisés que ceux causés par le loup? ?
Si nous prenons en compte le stress du stock (avortement) lors des attaques, en payant la prime pour l’importance du stock, le fait que tous les éleveurs soient mis sur un pied d’égalité n’est pas une chose facile pour ceux qui prennent leur travail au sérieux.

En fait que pourraient-ils dire que l'éleveur qui prend soin de ses animaux se sépare vraiment, dirige son bétail sur le pâturage … et le compense comme celui dont le bétail est dans un état insalubre, peut-être les chiens reproducteurs au mille du bétail, et cela seulement de temps en temps à visiter.
La différence de valeur des animaux dans des cas aussi extrêmes est importante, mais elle n’est pas inhabituelle, mais l’État a le même taux de compensation.

2.5. Participation active des associations

laLes associations prennent alors le relais. Par exemple, à l'été 1999, la mission de la FIDE Loup a embauché un assistant de berger professionnel, qui a été mis à la disposition d'un groupe pastoral des Hautes-Alpes. Le renforcement de l'observation a permis au loup de traverser 35 brebis dans le même secteur.
De plus, la présence d'un soutien de berger a permis un soutien moral important et une réduction du fardeau et des difficultés des conditions de travail. En fait, la garde permanente du stock, qui est causée par un risque prédateur, provoque une grande fatigue nerveuse et affecte la vie de famille et donc la moralité du berger. GLF, pour sa part, a également offert un certain nombre d'écovolts aux éleveurs. De même, l’Association Artus a fourni des chiens d’élevage aux éleveurs pyrénéens. Le FIEP a mis en place un bonus dit perturbateur qui complète la compensation officielle en cas d'attaque par un ours, ainsi qu'un certain nombre de mesures compensatoires, telles que le port gratuit pour les personnes en liberté aujourd'hui. Pris en charge par l'état et l'IPHB. Actuellement, le FIEP finance le coût des services radiotéléphoniques pour les éleveurs vivant dans des zones d'ours isolées.
Dans son rapport interministériel sur l'élevage et la coexistence du loup, Pierre Bracque propose la création d'une fondation dans laquelle les associations de protection de la nature financent la coexistence d'éleveurs de loups et de guides.

2.6. Assurance de la faune

laLa fourniture d'animaux sauvages peut être prise en compte. Ceci, combiné à une assurance contre les catastrophes naturelles telles que la grêle, permettrait aux agriculteurs d'être soumis à cette restriction. Pierre Bracque suggère que l'Etat assume une partie du coût de la prime d'assurance. Cette assurance peut également aider à introduire des mesures de sécurité. En effet, les remboursements peuvent dépendre de la mise en place d'outils de prévention et du respect de conditions basées sur des diagnostics pastoraux garantissant son contenu.
Ce système d’assurance «vie sauvage» travaillera pour la prévention parmi les éleveurs de bétail dans le sens de la prévention et donc pour l’acceptabilité à relativement long terme des grands prédateurs. En outre, l’aspect financier des grands prédateurs bénéficiant de telles assurances, le programme LIFE, peut mettre davantage l’accent sur des objectifs scientifiques et éducatifs.

2.7. Participation du public

laIl convient de souligner que toute la communauté est impliquée dans les coûts, ne serait-ce que par principe. En fait, le déploiement final de grands prédateurs dans la région française est le plus souvent recherché par des personnes qui ne supportent pas directement les conséquences des citadins.
S'il est réel et suffisamment partagé pour représenter la population française, l'ensemble doit supporter les inconvénients d'obtenir des bénéfices.

================> plus de cet article <=================

Echo nature
Le nouveau magazine d'information environnementale

Dernières nouvelles
"Habitat sain et sain"


>> répondez à l'article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article – Univers Nature

Article écrit par Pâques (voir biographie)
07 février 2013 à 17h41

3131 articles publié sur Univers-Nature 1999

<! – NAVIGATION

->

CLASSE / CONTRÔLE Email

lire aussi

puissance

onf.jpg

NOUVELLES

humusation

NOUVELLES

A BeeBar

NOUVELLES

carbone Gardien 450

NOUVELLES

Brown-GOT-450 Poirson

<! –

->

<! –

->

Bannière 728x90

Assurance Animal de A à Z – Les représentations controversées | Univers Nature – Actualités, environnement, habitat et santé
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *