🔝 Bien s’informer – Les autorités rapportent 375 milliards en France

By | mai 4, 2019



















S'y habituer … Les politiques néolibérales étant appliquées sans interruption, les fonctionnaires sont régulièrement la cible de campagnes qui détruisent leur travail. Tous les gouvernements de droite les ont attaqués, interrogés ou ont essayé de produire leurs résultats sociaux et leur utilité dans la vie sociale et économique du pays. Si Emmanuel Macron se présentait "à gauche et à droite" lorsqu'il était candidat, il ne serait plus hors de la majorité à droite. Le gouvernement s'attaque aux conditions de travail des fonctionnaires en réformant la fonction publique, car il s'occupe de la réglementation du travail depuis le début de la période de cinq ans. Pour ce faire, il utilise des campagnes de masquage qui ont été utilisées par le passé lorsqu'il avait l'intention de démanteler ou de privatiser un service public exécutif.

Il y a quelques semaines, une nouvelle tournée médiatique sur les heures de travail des fonctionnaires a été ouverte. Le rapport préparé par le ministre des Finances, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Achats, publié par Le Figaro fin mars, a ouvert la porte à cette question: les fonctionnaires de la fonction publique sur 310 000 travailleront moins de 35 heures par semaine. Une activité de communication clairement conçue pour résister aux employés du secteur privé et les rendre impopulaires. Par le passé, ces campagnes visaient également les enseignants et ne comptaient que les leçons dans les heures de travail… Les fonctionnaires sont régulièrement rémunérés à titre personnel. Entre 2010 et 2016, leurs points ont été gelés, ce qui a entraîné une baisse du pouvoir d'achat au cours de cette période. Ils soulignent également régulièrement leur "absentéisme" tout en étant très similaires aux particuliers. À la fin de son trimestre, Nicolas Sarkozy a rétabli le jour de "déficience" en cas de congé de maladie, c'est-à-dire le non-paiement du premier jour. Ils attaquent également leurs systèmes de retraite, leur statut, car les travailleurs des chemins de fer ont été en mesure de les payer au printemps 2018. Gouvernements de droite, dont Emmanuel Macron et Edouard Philippe. les fonctionnaires sont chers, ne travaillent pas assez et manquent trop souvent. À ce dernier stade, cette légende nourrit la réduction et la fermeture régulières des services publics, en particulier dans la région.

Un discours idéologique

Au total, ces discours récurrents sous forme de campagnes de communication ont pour objectif de transmettre un message: le service public est coûteux et ne fonctionne pas correctement. Ainsi, si les utilisateurs ne sont pas satisfaits de la disparition ou du dysfonctionnement des services disponibles régulièrement, ils sont gérés par des fonds publics en raison de leur nature, avec un droit du travail trop autorisé. Et cet argent d’État, financé par la taxe, serait également responsable de la charge fiscale excessive des ménages. Emmanuel Macron a persuadé certains électeurs de promettre de supprimer 120 000 postes de la fonction publique, prêt à être réintégré après avoir consulté le gouvernement (que nous pensons qu'il maintiendra). Le programme de réforme actuel "rationalise" le service public: rendez-le "plus flexible et plus attrayant" … Appliquez des règles qui valent la peine pour les entreprises privées. Utilisation ultérieure pour les entrepreneurs (déjà 20%), affichage automatique pour les entreprises privées effectuant des tâches de service public, introduction de la rupture traditionnelle …

Cet objectif de "rationalisation" est en réalité de maximiser la rentabilité des activités de service public. Et derrière c'est la privatisation. Les postiers, les agents d’EDF et de GDF ont attaqué sur la même base à temps. Ces campagnes ont ouvert la voie à la modification du statut des entreprises, à l’ouverture de capitaux privés et enfin à la privatisation. La promesse d'une réduction des dépenses publiques, grâce à l'allègement de la charge fiscale, n'est que le faux-nez du retrait de l'État de la vie économique, selon les dogmes néolibéraux. En rompant les services publics avec de telles réformes successives, les gouvernements "libèrent" des activités économiques libérées des lois du marché: énergie, autoroutes, aéroports, santé, éducation (surtout les plus élevées). Des milliards d'euros sont donc disponibles pour les entreprises privées qui en tirent profit.

La garantie de l'égalité

Et ces avantages sont les coûts qui ne sont pas présentés aux utilisateurs lors des campagnes de service public. Afin de respecter les lois du marché, il est nécessaire d’émettre des marges qui se retirent des poches d’actions. Il y a tellement d'argent qui n'est plus investi dans le bon fonctionnement du service public privatisé. Et qui continue de financer la taxe par le biais de l’aide de l’État et d’autres services, alors que l’utilisateur doit payer davantage pour un ancien service public.

"Ce projet va ramener le concept de service public en République française", écrivait dans "Le Monde" le 2 avril, l'ancien ministre Anicet Le Pors. «Le projet de loi va également à l’encontre de la rationalité des actions d’intérêt public qui ont été finalisées. "L'ancien ministre rejette également la rationalisation du projet gouvernemental:" En outre, l'empirisme de l'économie de marché n'a rien à voir avec l'économie tout en réduisant la libre concurrence et les dépenses publiques. "

Emmanuel Macron n'a pas voulu aborder le sujet du grand débat, il a au contraire dû insuffler une nouvelle vie dans les services publics pour que tous les domaines et tous les citoyens soient égaux. Et de garder un contrôle clair sur l'utilisation des fonds publics pour économiser de l'argent, comme la privatisation des autoroutes.

Bannière 728x90
🔝 Bien s’informer – Les autorités rapportent 375 milliards en France
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *