🆕 Loi Pinel Explications – Comment les enfants peuvent-ils être éliminés de leur premier mariage?

By | mai 2, 2019



















Comme le scénario de la vie n’est pas toujours facile, les objectifs fixés sont parfois «non traditionnels», en particulier pour les familles. Dans un article précédent, nous vous avions présenté une stratégie héritée pour mieux protéger votre conjoint survivant sans quitter votre premier mariage et analysons aujourd'hui une situation plus subtile:

Comment puis-je exclure les enfants du premier mariage et soutenir le conjoint et les enfants d'une nouvelle union?

Comme vous le savez, le Code civil organise la décentralisation et définit le niveau minimum de droits hérités que les enfants et les conjoints survivants recevront. Il s'agit du taux de succession minimum à attribuer aux enfants (tous les enfants, enfants communs des époux et enfants du premier mariage), à ​​la réserve héréditaire.

La source de la réserve héréditaire se trouve aux articles 912 et suivants du code civil:

La réserve d'héritage est la partie du droit de propriété et de droit d'héritage dont le droit assure le libre transfert des honoraires à certains héritiers, à savoir les réservistes, si elle s'appelle héritage et si elle est acceptée.

Le montant disponible correspond à la partie de la propriété et au droit d'hériter qui n'est pas régi par la loi et dont vous pouvez disposer librement avec les dons décédés.

La liberté, que ce soit par testament ou par testament, ne peut dépasser (= taux de change disponible):

– la moitié de la fortune du colon s'il ne laisse qu'un seul enfant après sa mort;

– troisième si vous laissez deux enfants;

– Un quart si vous en laissez trois ou plus.

La liberté, les vivos ou les testaments ne peuvent excéder les trois quarts de la propriété si le conjoint décédé quitte le divorce si le descendant est absent.

Cependant, derrière la théorie de la réserve d'héritage et du quota disponible, le taux d'héritage peut être réduit, ce qui est finalement transmis aux enfants du premier mariage.

L’assurance vie est une solution très efficace pour éliminer la garde des enfants dès le premier mariage (ou ailleurs).

L’assurance-vie par abonnement est évidemment le moyen le plus simple et probablement le plus efficace de contourner le principe de réserve et de quota disponible et, au final, d’éliminer les enfants (cf. légalité?).

Le contrat d'assurance vie est réglé après le décès du souscripteur assuré sous le code d'assurance L132-12. Cela signifie simplement que le capital apporté par le bénéficiaire désigné n'appartient pas aux règles du rapport de succession ou à la réduction appliquée en cas de violation de la réserve de succession du preneur d'assurance vie. (cf. »Pourquoi l'assurance-vie« Immobilier exclusif »Quelles sont les exceptions?»)

Ainsi, en souscrivant à une police d'assurance-vie, le parent qui souhaite mettre fin à l'un de ses enfants peut réduire le poids à partir duquel la réserve et le quota disponible sont calculés. Ces deux concepts civils ne sont pas complètement supprimés, mais les montants investis dans les contrats d’assurance vie réduisent le montant du même montant.

Afin de déterminer le montant de la réserve et le quota disponible (exprimé en pourcentage de l'actif), une réserve appropriée doit être constituée en vertu de l'article 922 du Code civil, pour laquelle la réserve (1/2; 1/3 ou 1/4) peut être calculée. Cette masse est composée de:

  • Tous les biens au décès du donneur ou du testeur;
  • Ajouter les biens qui ont été aliénés avec le don entre vifs, en fonction de leur état au moment du don et de leur valeur lors de l’ouverture du patrimoine, après déduction des dettes ou contre eux. Si le bien est vendu, sa valeur est prise en compte au moment de la cession. En cas de transfert, la valeur du nouveau bien est prise en compte à la date d’ouverture du domaine, en fonction de leur état au moment de l’acquisition. Toutefois, si la dépréciation de nouveaux biens était intrinsèquement inévitable à la date d’acquisition, le transfert n’est pas pris en compte;

Pour ces biens, nous calculons la qualité des héritiers sortants, en tenant compte du quota pour le défunt.

Ainsi, puisqu’un contrat d’assurance-vie qui prend fin au décès du souscripteur n’entre pas dans la masse à partir de laquelle la réserve et le quotient calculés sont disponibles, ce dernier est vidé mécaniquement du matériau.

Mais attention, seul un contrat d'assurance vie décédé ne pourra intégrer cette masse et contourner la réserve et le quota disponible. Si les époux sont mariés sous le régime de la communauté de droit, le contrat d'assurance vie signé par les survivants des époux disposant de fonds communs devrait être considéré comme un bien commun et entrer dans le calcul de la réserve et du quota disponible. utilisant la réponse ministérielle du CIOT (et de PRORIOL).

Pour surmonter ces difficultés, les conjoints mariés doivent faire le premier décès de leur police d'assurance vie (cf. »RM CIOT a-t-il encore de l'intérêt pour l'assurance-vie? ').

Toutefois, dans les limites des primes d’assurance, elles étaient manifestement exagérées en ce qui concerne les contributions fournies par l’assureur sur la vie.

Le code de l’assurance est le L132-13. Selon son article, ces règles ne s'appliquent pas aux montants versés par le contractant à titre de bonus s'ils étaient manifestement excessifs au regard de la possibilité pour le souscripteur du contrat. assurance-vie (cf. Reformulation du contrat d'assurance-vie: tous les investissements peuvent être investis dans l'assurance-vie.)

Un contrat de mariage doit être accepté pour assurer l'enrichissement du conjoint (aux frais des enfants du premier mariage).

Attention, je peux l'arrêter maintenant, il ne sera pas possible d'évacuer la maison en acceptant une communauté universelle du type mariage, à condition que la communauté soit entièrement constituée par les survivants des époux. L'article 1527 du code civil restreint le recours aux mariages qui perdent également les enfants du premier mariage.

L'article 1527 définit la mesure de révocation comme suit:

"Les avantages que tout conjoint peut tirer des clauses d'une communauté traditionnelle, ainsi que ceux pouvant découler de la confusion de meubles ou de dettes, ne sont pas considérés comme des cadeaux.

cependant s'il y a des enfants qui ne proviennent pas des deux conjoints, toute entente ayant pour effet de déroger à l'un des conjoints dans la section de l'article 1094-1Il sera inefficace pour tous les surplus sous le titre "Dons entre la vie et les frères" ; mais les simples avantages de travailler ensemble et d'économiser les revenus suffisants mais inégaux des deux époux ne peuvent être considérés comme au détriment des enfants d'un autre lit. "

C'est vraisera inefficace et n'exclura pas les enfants du premier mariage. :

Les clauses communautaires traditionnelles, qu’elles soient fondées sur une modification du contrat de mariage ou du système matrimonial:

– Conditions de propriété de la communauté,

– clauses déterminant des parts inégales, t

– clauses de précipitation

– l'acceptation de biens meubles ou de la communauté de la communauté universelle en cas de contributions inégales, t

– une clause de déduction figurant dans une indemnité forfaitaire ou d'une manière ou à un moment autres que ceux prévus par le code civil (article 1511), t

Seuls les accords de mariage avantageux permettent de surmonter l'action. En fait, le code civil 1094-1. L'article, qui permet aux conjoints de donner 100% de la propriété de la propriété par le biais d'un don, ne peut pas remettre en cause le bénéfice du mariage.

cependant si les revenus du couple sont inégaux, rien n'empêche le couple de se marier dans le système de la communauté de droit afin de bénéficier de l'enrichissement de l'un des époux. autre conjoint. Le transfert inégal de patrimoine d'un conjoint à un autre est licite et réduit les actifs immobiliers (en augmentant le patrimoine du conjoint).

L'enrichissement des époux par le revenu est également disponible via le PACS (voir PACS: Comment protéger votre conjoint et vos partenaires? Quels sont les droits des survivants?

Acquisition d'un bien lors du divorce de l'un des époux et de la propriété de l'autre partie.

Si les époux sont inséparables ou sont mariés sous la propriété communautaire des époux mariés dans le cadre du régime communautaire, l'acquisition démantelée de la propriété doit être prise en compte:

– Un conjoint achète le droit d'utiliser la propriété. Le conjoint de l'utilisateur sera celui qui veut éliminer ses enfants;

– L'autre acquiert la propriété. Le conjoint du nu-propriétaire doit être protégé;

Après le décès du bénéficiaire effectif, le droit d'utilisation cesse d'exister et le nu-propriétaire devient le propriétaire du bien exonéré des droits de succession. Cette nouvelle propriété est implémentée en complément des règles de patrimoine civil, telles que les règles de réserve et le quota disponible.

Cependant, il convient de prendre en compte que la taxe du vendeur décompose deux clients. Doctrine fiscale (contestable à mon humble avis), cette ordonnance peut être rendue imposable par l'impôt sur le revenu (par exemple, gains non immobiliers) – cf. »Immobilier, locaux commerciaux: panne (vente – nue) encore possible? « )

Tontine entre époux pour l'acquisition immobilière

Enfin, et probablement l’une des solutions civiles et fiscales les plus intéressantes, l’acquisition de propriétés avec une clause tontin permettra aux conjoints de survivre (en espérant que ce sera celle qui sera protégée). suppose que le conjoint décédé est la personne qui a des enfants afin de cesser la possession -) de devenir l'unique propriétaire du bien sans appliquer les règles de la succession civile et fiscale.

Bannière 728x90

🆕 Loi Pinel Explications – Comment les enfants peuvent-ils être éliminés de leur premier mariage?
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *