🆕 Loi Pinel Conditions – Pourquoi cela a été prouvé le 1er mai 2019

By | mai 2, 2019



















Des personnes dans une rue, à Paris, le 1 er mai 2019, ont erré dans un environnement politique et social caractérisé par une interruption de travail, le mouvement des gilets jaunes et un dispositif de sécurité à grande échelle.

Gilets jaunes, militants écologistes, black-blocks, féministes, syndicats, partis politiques ou non-étiquetés: le défilé à Paris du 1er mai 2019 était très hétérogène cette année à l'occasion de la journée de travail traditionnelle. À 14 heures, le ministère de l'Intérieur estime à 151 000 le nombre de manifestants en France, dont 16 000 dans la capitale. Compté par un certain nombre de médias, le décompte "Occurrence" a mobilisé 40 000 personnes à Paris, à la gare Montparnasse et sur la place d'Italie. CGT, numéro 80 000.

A 17 heures dès qu'il a été rappelé Le mondePlus de 15 000 contrôles préventifs ont été effectués par les forces de sécurité à Paris, 288 arrestations et 206 arrestations par la police – avec l'introduction d'un outil de sécurité. "Grandeur exceptionnelle". Dans la capitale, 7 400 gendarmes et policiers étaient en déplacement, ainsi que des drones légers ou des policiers à moto. Les collisions entre la police et les Noirs sont d'env. La CGT a déclaré la déclaration "Répression prédictive et aveugle" par la police, Solidaires a « Harcèlement » de ceux-ci.

Dans le contexte politique et social des vêtements jaunes pendant vingt-quatre semaines consécutives, nous souhaitons interviewer divers profils: représentants syndicaux, vestes jaunes ou membres du "Bloc Benalla" (rappelez-vous: Benalla, il y a un an).

Agnès, 54 ans, à la recherche d'un emploi: "Il est temps d'agir maintenant"

"Je suis complètement solidaire des vestes jaunes, je suis allé à toutes les manifestations. En revanche, nous sommes le 1er mai. Je dois maintenant agir. Je suis dans une situation extrêmement précaire avec mes enfants à l'âge de 54 ans. Le système, vieux de 40 ans, conduit à l'extinction de l'homme et de la conscience. conduit au chaos et à la justice se manifeste aujourd'hui. Et le cas de Benalla révèle l'ordre du monde tel qu'il le souhaitait. Nous pensons que le bonheur est une servitude. C'est mauvais. Nous devons donc suivre ce que nous vivons actuellement en gilet jaune. Même le mode "survie" mène au suicide, ou au fait que des gens se retrouvent dans la rue. Dans un pays qui serait la sixième puissance mondiale, c'est inacceptable. "

Victor, 21 ans, militant du PCF: "Un paradis pour les forts et non pour ceux qui manifestent"

"Je comparais habituellement le 1er mai, mais j'ai un phénomène étrange: nous étions dans un mouvement social avec des gilets jaunes pendant vingt-quatre semaines. Nous sommes toujours motivés! Après le grand débat dans les communications de Macron, il n'y avait plus rien de social: évasion fiscale ou Exil fiscal … Mais le mouvement des gilets jaunes a été créé à cet effet, les gens ne supportent pas plus d'inégalités: bref, l'immense paradis et non le radis pour ceux qui le prouvent.

Ce que nous demandons est tout à fait la même chose que les gilets jaunes, même s'ils n'ont pas les mêmes modes d'action. Regardez, ils secouent la "révolution"[plusieurs personnes entonnent en effet à ce moment-là ce mot, ndlr]: un communiste sympa! Macron n'écoute que son oreille droite et l'équilibre du pouvoir, comme aujourd'hui, est obligé d'écouter son oreille gauche. Et comme les élections européennes approchent du 26 mai, nous devons également apparaître sur le bulletin de vote. "

Laurent, membre d'Extinction Rebellion France: "Changer le système (…) ne peut qu'engendrer le capitalisme"

"Le colorant jaune fluorescent est placé autour de notre logo: nous participons à un gilet jaune, mais aussi aux actes de la rébellion éteinte. L'urgence climatique dans laquelle notre organisation civile est impliquée est en phase avec l'urgence sociale, politique et économique des gilets jaunes. et en changeant notre système politique, nous pouvons lutter contre les effets catastrophiques sur notre planète, et cela ne peut se faire que par le capitalisme.

Aujourd'hui, il y a beaucoup de profils différents dans la procession. L'idée est de rassembler une grande variété de personnes. J'aime la formule de François Ruffin sur le sujet: il ne cherche pas à converger, mais à les synchroniser. Et aujourd'hui, cette synchronisation est largement suffisante pour exercer une pression. Une des nouveautés des mouvements sociaux est qu’ils sont très horizontaux, avec des méthodes d’organisation qui ne sont pas dictées par un "maître" ou une institution, et où ils peuvent exercer leur liberté. Il est facile de voir quels syndicats luttent pour convaincre et luttent pour le mouvement des gilets jaunes. En outre, les allégations "anti-système" illustrent l’idée selon laquelle nous devons mettre fin aux organisations hiérarchiques nous permettant de créer une économie que nous ne voulons plus. Nous sommes dans des mouvements collectifs porteurs d'un message à la fois désespéré et positif.

Rémy, membre du gilet jaune âgé de 35 ans: "Continuité du mouvement"

"Le Job Day est en parfaite harmonie avec le mouvement des gilets jaunes et est une continuité. C'est pourquoi je suis venu aujourd'hui d'Estrées-Saint-Denis (Oise) à Paris. Je ne présente généralement pas le 1er mai. Tout le monde se débat seul, je n'ai pas de cours, mais les épaules jaunes, c’est une toute nouvelle façon de participer.Je suis convaincu que le gilet jaune ne sera plus disponible à partir du 17 novembre. Mais notre devise est: "Ne laissons rien": tant qu’il y aura de l’espoir et que nous ne serons pas seuls, nous continuerons nous allons nous battre.

Michelle, 15 ans: "Je suis déçue de la France, je ne pense pas que ce serait en 2019"

«J'étais représentée par ma mère, qui apparaît habituellement le 1er mai, mais elle ne pouvait pas déménager aujourd'hui. Nous sommes le 1er mai, mais je l’ai déjà présenté: je suis féministe, j’ai marché avec #NousToutes ou avec une grande fierté. Je suis un petit politicien et je suis frustré par la France, parfois choqué. Je ne pouvais pas imaginer que cela se produirait en 2019. Emmanuel Macron est arrivé en disant qu'il proposait une idéologie spécifique, mais nous voyons toujours dans la rue beaucoup de gens qui n'ont pas d'argent et qui souffrent. Ma mère me dit souvent comment elle se distingue de la France aujourd'hui.

Patrice, 65 ans, membre de la CGT: "Nous avons un temps important"

– Pourquoi suis-je venu pour protester? C'est le 1er mai, pareil! C'est normal d'être ici. Je ferai tout ce qui concerne le pouvoir d'achat, les retraites … J'ai également été impliqué dans le changement climatique, mais aussi dans certaines manifestations de vestes jaunes. Nous vivons une période importante: le mouvement des gilets jaunes, la crise du service public, la question des retraites … En bref, toutes les choses négatives que le gouvernement actuel et même les Pays-Bas ont faites.

Quant à la critique des syndicats, en particulier des blocs noirs, ils ont leur propre logique, ce qui est. Ils sont évidemment la logique de la révolution immédiate avec action de rue. C'est un risque et nous ne savons pas vraiment à quoi il peut conduire. Je suis déjà sur la CGT qui est dans la réclamation et non sur la CFDT. Nous restons en contact avec la rue ou les entreprises. Les gilets jaunes étaient autre chose: la prise de conscience populaire de personnes qui n’avaient jamais parlé auparavant. C'est bien d'avoir leurs mots maintenant.

Anicia et Juliette, étudiante de 24 ans, "Droits des femmes et égalité de traitement"

Juliette«Si je viens aujourd'hui, il est principalement question des droits des femmes et de l'égalité de rémunération. Nous continuons à le combattre. Et même pour chaque Macron: les gens en ont assez de ne pas écouter.

anicia«Les membres du gouvernement sont là pour faire carrière et non pour servir les gens. En fait, ce gouvernement est une putain de gueule. Il y a des mesures qui vont au-delà: la loi contre les casseurs ou ce qui se passe en Guyane française avec les mines d'or à ciel ouvert. Sans parler du droit du travail … Le gouvernement actuel doit servir ses intérêts, pas écouter les gens. C'est pourquoi je suis venu ici. Et puis, avec le contexte politique actuel qui était spécial, c'était intéressant. "

Bannière 728x90
🆕 Loi Pinel Conditions – Pourquoi cela a été prouvé le 1er mai 2019
4.8 (97%) 73 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *